Nos églises / E ghjesge

San Marcellu à Aleria

San Marcellu, in AleriaAntica catetrale chi ùn esiste più cum'ella era (s'assumigliava à a Canonica o puru a catetrale di u Nebbiu). A struttura oghjinca hè assai più mudesta cù ripigli di petre antiche (à a quatrera S.O, una petra porta a riferenza d'Ambrosgiu d'Omessa, vescu d'Aleria à u seculu XV) è data di u seculu XIX.

 

 

Oghje ci sò i scavi chì mettenu à palesu ch'ella era cum'è tante ghjesge un locu importante di sepultura. Nentru ci hè da rimarcà duie pitture importante (vede i studdi di Nigaglioni) è una statula di a Madonna Piengente, magnifica ma arruvinata da pocu da un « resturatore » di pocu talentu.


 

San Marcellu Papa, ghjesgia d'AleriaAltre cappelle in Aleria sò dedicate à Santa Laurina, Santa Maria di i Zuaninchi, Santa Maria di u stagnu di Diana, Santa Agata

Hè da rimercà ch'elli sò tutti santi primitivi, vale à dì di a prima èpica di u Cristianisimu. Aleria hè stata una di « e porte di a fede » in Corsica è ci ne ferma d'altronde (in lu museu) a vistica più antica di a religione : un fondu d'una lumerella cù una ancura cruciforma nantu (seculu IV).

 

 

 

 


Lastra chì mintuveghja à Ambrosgiu d'Omessa, vescu d'Aleria da 1440 à 1464.Antique cathédrale ayant perdu son ancienne structure, elle s'apparentait alors à la Canonica ou à la cathédrale du Nebbiu. L'édifice actuel, daté du 19ème siècle, est bien plus modeste et contient des remplois de pierres anciennes (A l'angle Sud-ouest, une pierre gravée évoque Ambrosgiu d'Omessa, évêque d'Aleria au 15ème siècle).

 

 


Scavi in ghjesgia San Marcellu, di maghju di u 2011Les fouilles actuelles mettent en évidence le fait qu'elle fût un haut lieu de sépulture, comme tant d'autres églises. A noter deux toiles importantes, selon les études de E. Nigaglioni, ainsi qu'une statuette en bois polychrome de la Vierge Epleurée, très belle mais malheureusement défigurée par un « restaurateur » peu talentueux.
 

 

 

San Marcellu, in AleriaSur le territoire d'Aleria, d'autres chapelles sont dédiées à Santa Laurina, Santa Maria di i Zuaninchi, Santa Maria di u stagnu di DianaSanta Agata. Il est à noter qu'il s'agit toujours de saints primitifs, c'est à dire datant des premiers temps du Christianisme. Aleria fût en effet une des « portes de la Foi » en Corse, et on peut en trouver une des traces les plus anciennes au musée, la base d'une lanterne décorée d'une ancre cruciforme, et datée du 4ème siècle.

 

 

 

 

 

 

  • Consultez une description de l'église San Marcellu, extraite des « Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie, de l'Histoire et de l'Archéologie - Aleria, par M. Alexandre Grassi - Tome 4 - 1864 », aux pages 262 puis 266-267. Si le lien ne fonctionne pas, merci de cliquer ici (document pdf de 13,5 Mo).
     

 


Quelques fragments de l'Istoria di Corsica (tome II) d'Anton Pietro Filippini (édition de 1832) évoquant Ugo Colonna et la Moresca en général. La page 31 traite de l'édification de l'église San Marcello. On pourra faire le lien aves les Chroniques Médiévales de Giovanni della Grossa :
 

 

 

Istoria di Corsica, Libro secondo - AF Filippini - 2e édition - 1832 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - Lien avec Aleria - 1 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 2 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 3 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - Lien avec Aleria - 4 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 5 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 6 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 7 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 8 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 9 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 10 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 11 Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 12Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 13Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 14Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 15Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 16Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 17Istoria di Corsica, Libro secondo - La reconquête de la Corse par Ugo Colonna - 18


 

 

 

 


 

Santa Laurina à Aleria

Santa Laurina, ghjesgia d'AleriaSanta Laurina hè da sottu à u stradò di punta à a scansa chì colla in Antisanti. Fermanu e vistiche di i bagni rumani duv'ella seria stata eretta a ghjesgia.

 

U capìtulu, vale à dì l'inseme di i canònichi, di u vescuvatu d'Aleria porta u nome di a santa. D'ella ùn si ne trova chè duie riprisentazioni pitturale : una in Aleria duv'ella hè dipinta addinuchjata à u pede di San Marcellu, l'altra assai più importante chì riprisenta u so martiriu, hè sopr'à l'altare maestru di u Quercitellu. Si dice chi u Capìtulu si seria cullucatu per quelli lochi ampugnaninchi.

 

Ci era dinò una antra cappella, Santa Agata chì ùn ne ferma stampa. Solu a memoria populare è a topografia, nant'à e sponde di u stagnu di Diana ritene u nome.

 

A fola di Diana è Laurina, secondu cum'elli a cuntavanu i vechji in Aleria

In la so opera « Tempi Fà », Petru Ghjuvanni Luccioni dà una altra versione propriu vicina racolta in lu Fium'Orbu.

 

Santa Laurina, muru à meziornuIn tempi d'una volta ci era una signora di nome Diana chì i so lochi si trovavanu propriu induv'ellu hè u stagnu avà. A so serva si chjamava Laurina ma quella, povera in canna, circava mezu cum'ella pudia chì figlioli ùn patessinu troppu a fame. U venderi dopu avè minatu pè fà u pane, ùn si lavava nè mani nè bracce tenendusi i pastacciuli accollu. Quand'ella ghjunghjia in casa i frighjia pè dalli à cena à a so discendenza. U tempu passò è un ghjornu Diana si ne accorse. Tandu disse à a serva quant'ella era scuntenta è l'ublicò à pulissi sempre prima ch'ella s'accasassi. Da a zerga Laurina ghjastemò a signora dicenduli : « Chì tù sprifondi ! » Fù cusì chì in la nottata s'intesi u fracassu d'un empiifondu chì s'avia inghjottitu à Diana è i so lochi.

 

 


Santa Laurina est située en contre-bas de la route principale, en face de l'embranchement pour Antisanti. On peut y voir les vestiges de bains romains où aurait été érigée cette église.

 

U martiriu di Santa Laurina, in ghjesgia di u QuercitelluLe Chapitre, c'est à dire l'ensemble des chanoines, de l'évéché d'Aleria portait le nom de la Sainte. On ne connait d'elle que deux représentations sur toile, une à Aleria où elle figure agenouillée aux pieds de San Marcellu, l'autre beaucoup plus importante représentant son martyre, au dessus du maître-autel de l'église de Quercitellu. Le Chapitre de Santa Laurina se serait en effet transféré en ces lieux de l'Ampugnani

 

 

 

 

Une autre chapelle dédiée à Santa Agata subsiste uniquement dans la mémoire populaire et la toponymie, sur les rives de l'étang de Diana, mais il n'en reste aucune trace.

 

Voici la fable de Diana et Laurina telle qu'elle était contée par les anciens à Aleria :
Dans son ouvrage « Tempi fà », P.J. Luccioni en donne une version très proche, recueillie dans le Fiumorbu.
 

Santa Laurina, vistiche di l'àssitaIl y a très longtemps était une notable nommée Diana, et dont les terres se trouvaient exactement à l'emplacement de l'actuel étang. Sa servante Laurina, très pauvre, cherchait par tous les moyens à ce que ses enfants ne souffrent pas trop de la faim, et le vendredi, après avoir battu la pâte pour faire le pain, elle ne se lavait ni les mains ni les bras, afin de conserver sur elle quelques petits paquets de pâte, et de les faire frire, une fois rentrée chez elle, pour nourrir sa progéniture. Mais un jour Diana s'en aperçut, dit à la servante qu'elle était très mécontente et l'obligea à se laver systématiquement avant de rentrer chez elle. Alors Laurine furieuse maudit sa patronne en lui disant : « Puisses-tu sombrer dans les profondeurs ! » Ainsi en pleine nuit on entendit le grondement d'un raz-de-marée qui engloutit Diana et toute ses terres.

 

 

  • Consultez une description de la chapelle Santa Laurina, extraite des « Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie, de l'Histoire et de l'Archéologie - Aleria, par M. Alexandre Grassi - Tome 4 - 1864 », aux pages 304-309. Si le lien ne fonctionne pas, merci de cliquer ici (document pdf de 13,5 Mo).
     

 

 

Santa Maria di u stagnu di Diana, à Aleria

L'isula Santa Maria, gravure extraite de "Histoire illustrée de la Corse" de l'Abbé Galletti -  1863Cappella rumanica dinò ella ruvinata (ùn fermanu chè e so fundazioni), detta dinò Santa Maria di i Pianellacci.

 

A so particularità hè d'esse posta nantu à una zenna, in cima à l'isulottu chì porta u so nome; questu quì fendu parte di u duminiu di Mar'è Stagnu (circa 250 ettare).

 

Ùn scurdassi micca chì Mar'è Stagnu hè un pusessu pianellacciu in piaghja è chì l'attu d'orìgine si trova in l'archivii di a Cunfraterna per l'annu 1703. 

 


L'isula Santa Maria, u stagnu di DianaIl s'agit d'une chapelle romane en ruine dont ne demeurent que les fondations, communément appelée également Santa Maria di i Pianellacci.

 

Sa particularité est d'être située sur une falaise, au sommet de l'île portant son nom, sur l'étang de Diana, et faisant partie du domaine de Mar'è Stagnu (environ 250 hectares).

 

Il convient de se souvenir que Mar'è Stagnu est une propriété de Pianellu en plaine, dont l'acte d'origine se trouve dans les archives de la Confrérie pour l'année 1703. 

 

 

Acte de Mar'è Stagnu, daté de 1703. Commentaires de l'abbé Risterucci datés du 20ème siècle - 1 Commentaires de l'abbé Risterucci datés du 20ème siècle - 2 Commentaires de l'abbé Risterucci datés du 20ème siècle - 3

 

 

  • Consultez une description de l'île et de la chapelle Santa Maria, extraite des « Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie, de l'Histoire et de l'Archéologie - Aleria, par M. Alexandre Grassi - Tome 4 - 1864 », aux pages 323-342. Si le lien ne fonctionne pas, merci de cliquer ici (document pdf de 13,5 Mo).
     
  • A Tramuntanella (fresca è zitella), numéro 127 - Dumenica 16 aprile 1899 - Currispundanza d'Aleria, très probablement écrite par Pincu bien que signée U Zarabiccu. Un passage concerne l'île et la chapelle Santa Maria.
     

 

 

 

Santa Maria di i Zuaninchi, à Aleria

Santa Maria di i Zuaninchi, a facciataCappella rumanica ruvinata cù a particularità d'una àssita sempre arritta è fatta à modu quatratu (è micca attundulitu cum'è di regula).

 

Si trova vicinu à à gara d'Aleria, longu à u fiume Tavignani, à u meziornu; locu d'impiaghjera di i Zuaninchi. 

 

 

 

Santa Maria di i Zuaninchi, u muru norduAccantu ci hè una casa, oghje privata, chì in i tempi era un ospiziu.

 

A tradizione à bocca dice chì ci si troveria un « vitellu d'oru », ciò chì dà da crede à a cristianisazione d'un antichissimu locu di cultu paganu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Santa Maria di i Zuaninchi, da nentruC'est une chapelle romane dont la particularité est son abside, toujours debout, et de forme carrée (et non ronde comme c'est le cas généralement).

 

Elle se trouve près de la gare d'Aleria, le long du fleuve Tavignani, sur la rive sud, territoire de pacage en plaine des bergers de Zuani.

 

L'actuelle maison qui lui est attenante était autrefois un hospice, dont la chapelle dépendait. 

 

 

 

Santa Maria, sur la Carte particulière de l'Isle de Corse - Bernard Antoine Jaillot - 1738 La tradition orale veut qu'elle renfermât un « veau d'or », ce qui laisse supposer la christianisation d'un très ancien lieu de culte païen.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Casazza Santa Croce à Tocchisu

A casazza Santa Croce di TocchisuA casazza Santa Croce di Tocchisu hè a sede principale di a Cunfraterna.

 

À vedela da fora, hè d'una struttura semplice ma, difatti, u nentru prupone una architettura duv'elle si maritanu e volte cù una cuppula centrale; tuttu, ancu i muri, rivestutu da affreschi rimarchevuli. Eretta in u 1710, hè una furtuna ch'ella appia tenutu tutte e so pitture d'origine, di stile baroccu, fin'à avà.

 

I stucchi di l'altare maestru l'hà fatti u famosu Gnaziu Saveriu Raffalli di Pedicroce, in u 1765.

 


 

Casazza di Tocchisu, u suffittu cù l'affreschiCum'è da simbulu di ciò ch'elle sò e cumpagnie, a casazza hè affiancata à a ghjesgia paruchjale, San Ghjuvanni Battista. Hè a manifestazione topografica di quellu « spaziu terzu » chì appiccia e duie altre realità di a vita cumunitaria: quella spirituale è religiosa è quella civica è seculare.

 

 

 

 


A casazza (ou confrérie) est généralement l'édifice-siège d'une confrérie. Santa Croce de Tocchisu est le siège de la Cunfraterna di a Serra.

 

A casazza Santa Croce di Tocchisu, l'altare maestruVue de l'extérieur, sa structure paraît simple mais l'intérieur dévoile une architecture où les voûtes se marient avec la coupole centrale, le tout étant, ainsi que les murs, recouvert de fresques remarquables. Datée de 1710, elle a pu heureusement conserver ce très beau décor de peintures originales d'inspiration baroque.

 

Les stucs du maître-autel sont l'œuvre du célèbre Gnaziu Saveriu Raffalli de Pedicroce, en 1765.

 

 

 

Comme un symbole de ce que sont les compagnies, la casazza se trouve bâtie à flanc de l'église paroissiale, San Ghjuvanni Battista. C'est là la manifestation au niveau topographique de ce « tiers-espace » qui relie entre elles les deux autres réalités de la vie communautaire : celle spirituelle et religieuse d'une part, celle civique et séculière d'autre part.

 

 

   


 


 

 

 

San Ghjuvanni Battista à Tocchisu

San Ghjuvanni Battista, in TocchisuPropriu dentru u paese di Tocchisu, a ghjesgia parochjale San Ghjuvanni Battista hè di u XVIu seculu, ma pievania di l'antica pieve di Toxi dipoi digià u XIIu seculu. Edifiziu romanicu à l'origine, parechje volte fù ingrandata è ritocca nentru, fin'à i ghjorni d'oghje.

 

Gnaziu Saveriu Raffalli, famosu pittore di Pedicroce chì in a Casazza Santa Croce vicina ci lasciò ancu qualchì opera, quì fece issu bellissimu pulpitru in u 1765.

 

Vicin'à l'entrata, una pittura di u missiunariu gesuitu San Francescu Saveriu Sant'Eliseu ci ramenta chì a Cumpagnia di Ghjesù stabilita à u cunventu di Bastia fù presente un tempu in Tocchisu, in una piccula cappella ch'ella dedicò à u santu in u 1668, longu u chjassu chì, ogni ghjornu i paisani u pigliavanu à falà à travaglià pè ssi terreni di piaghja. Tandu era grande a devuzione di a cumunità è à u santu l'arrecavanu tanti voti è doni.

 

San Ghjuvanni Battista, in TocchisuIn sacristia, un antra pittura di Sant'Elia venerebbe, secondu a tradizione à bocca, d'una piccula cappella smarrita chì portava u so nome, è chì stava pè u Castellu, issu scogliu cù una croce nantu, à dui passi di a ghjesgia. 

 

Dapoi sempre era celebrata a festa patronale u 24 di ghjugnu, ghjornu di a nascita di San Ghjuvanni Battista, è cum'è astrò s'accendia  nant'una piazza una bella fuchera, « a cippata ». Ma dopu a Seconda Guerra, forse pè ragione di cumudità è di demugrafia, fù sceltu u 29 d'aostu, ghjornu di a Decollazione, per esse a festa patronale di Tocchisu, tandu rinumata in tuttu u rughjone. Cusì smarrì a festa di u 24 di ghjugnu fintantu chì a cumunità a ripigliessi, cù a so tradizione di u focu, à parte si di l'annate 2000.

 


San Ghjuvanni Battista, in TocchisuSan Ghjuvanni Battista, située au cœur du village de Tocchisu, date du 16e siècle mais est église piévane de l'ancienne piève de Toxi depuis le 12e siècle, remplaçant un édifice roman. Elle fût plusieurs fois agrandie et modifiée jusqu'à nos jours.

 

Gnaziu Saveriu Raffalli, artiste de Pedicroce très connu qui travailla également dans la Casazza Santa Croce attenante, est ici auteur de la chaire en 1765. 

 

Près de l'entrée, un tableau représentant le missionnaire jésuite Saint-François-Xavier accompagné de Saint Elisée nous rappelle que la Compagnie de Jésus basée au couvent de Bastia fût présente un temps à Tocchisu, dans une petite chapelle qu'elle fît dédier au saint en 1668, située en contrebas du village, sur le chemin par lequel les gens descendaient travailler sur les terrains en plaine. La dévotion de la communauté lui fut grande à l'époque.

 

Un autre tableau dans la sacristie représentant Saint Elie pourrait venir d'une ancienne chapelle qui lui fut dédiée, située selon la tradition orale à u Castellu, petit promontoire rocheux surmonté d'une croix, tout près de l'église.

 

Pendant longtemps, la véritable fête fut célébrée le 24 juin, jour de la naissance de San Ghjuvanni Battista, où comme partout ailleurs un grand feu, « a cippata », était allumé. Mais après la Seconde Guerre Mondiale, sans doute pour des raisons pratiques liées à la démographie, c'est le 29 août, jour de sa Décollation, qui la relégua au second plan, puis la fît disparaître. Cette fête a été aujourd'hui relancée par la communauté de Tocchisu.

 

 

 

 

 

 

A Madonna di e Grazie à Tocchisu

A Madonna di e Grazie, sopr'à TocchisuDa più di 500m in altu, a muntagna Santa Brigita supraneghja tutta a piaghja orientale è da quassù, ci si scopre meraviglie. Appuntu omu ci trova e vistiche d'una cappella dedicata à Santa Brigita, arruvinata dapoi ùn si sà quandu.

 

Ma vicin'à quessa fù eretta in u XIXu seculu a cappella di a Madonna di e Grazie, da un prete missionariu tocchisincu chjamatu Anghjulu Dumenicu Filippi, dettu Barbone.

 

Vultendu in Auropa nant'un battellu dopu lunghissimu viaghju, fù chjappu da una timpesta sprupositata chì li si parse di campà e so ultime stonde. S'arricumandò à a Madonna, fendu li u votu di custruì li una cappella s'ellu a si francava. Di ritornu in paese, cusì fece, nant'à quella muntagna chì a famiglia ci avia e terre. Mortu in guerra di u 1870, fù dinò interratu à a cappella secondu a so voluntà, à u pede di u muru à punente.

 

Prete Filippi, dettu BarboneDa tandu hè propriu venerata a Madonna di e Grazie da a cumunità tocchisinca, chì ogni annu per u 31 di maghju, sò tanti è tanti à collà, addirizzendu li voti è prechere. In i tempi certi ci collavanu ancu di modu particulare (scalzi per esempiu) da ch'elle sianu esaudite più sicura e prechere.

 

Dopu a messa solenne è a processiò in giru à u santuariu, hè servutu à i fideli un banchettu cù e tradiziunale « michette » è i « mostati », altre pastizzerie fatte cù u mostu d'uva.

 


A Madonna di e Grazie, messaA plus de 500m d'altitude, la colline de Santa Brigita domine l'ensemble de la Plaine Orientale, et la vue de là-haut y est particulièrement majestueuse. Ici se trouvent les vestiges d'une chapelle justement dédiée à Santa Brigita, ruinée depuis des temps immémoriaux.

 

Mais c'est au 19e siècle que, non loin de celle-ci, fût érigée la chapelle a Madonna di e Grazie, par le père missionnaire Ange Dominique Filippi, dit Barbone, originaire de Tocchisu.

 

De retour d'un long voyage en bateau vers l'Europe, il fût pris dans une si terrible tempête qu'il crût son dernier jour arrivé, et fît vœu de construire une chapelle dédiée à la Vierge Marie s'il en réchappait. De retour dans son village, il tint promesse et la fît bâtir sur cette montagne, propriété de sa famille. Mort à la guerre de 1870, il se fît également enterrer au pied de la chapelle, du coté de la façade ouest.

 

Depuis, a Madonna di e Grazie fait l'objet d'une véritable vénération de la part de la communauté de Tocchisu, qui chaque 31 mai s'y réunit nombreuse, lui adressant vœux et prières. Dans l'espoir d'être exaucé, certains y montaient même dans des conditions particulières, déchaussés par exemple ...

 

Après la messe et la procession autour du sanctuaire est servi aux fidèles u « banchettu », un buffet où l'on sert les traditionnelles « michette » et « i mostati » (pâtisseries faites avec le moût du raisin).

 

 

 

 

 

Santa Maria Assunta à Campi

Santa Maria Assunta, in CampiA ghjesgia paruchjale di Campi, Santa Maria Assunta, l'anu posta propriu à u centru di u paese, spicchendu in duie parti uguali st'infilarata di case chì correnu longu a so cresta.

 

Edifiziu u più tamantu, da luntanu si vede, sopratuttu quandu omu vene da levante, attippendu per a strada chì vene da Tocchisu.

 

Ùn vale forse à pensà chì à casu fù scelta quessa a impostatura cù l'architettura. Currisponde propriu à u spiritu di a Contrariforma di l'època ch'ella fù eretta a ghjesgia, u XVIIIu seculu, è à so u stile baroccu, cù quell’alta primura « scenogràfica » di mette in risaltu i tema religiosi da risanà u splendore è a fama di a Ghjesgia Catòlica per u mondu sanu.

 

È appuntu, fù u cultu di a Vergine Maria, nigatu da i riformisti, à esse spartu tandu cù forza assai, cù e devozioni di u Santissimu Rosariu, di l'Immaculata è di l'Assunzione di a Beata Vergine Maria.  

 

Fatta fine, pare chì, erettu cusì tamantu edifiziu, a piccula cumunità campese ùn appia avutu mai i mezi d'affiancà li qualchì campanile in cundizione, postu chì, cù i so dui pianucci, basi basi ùn ci la face à francà l'altìssima facciata.

 

Puru, sempre à cura di a so ghjesgia, parechje volte a cumunità pigliò à so càrica i lavori di mantenimentu corrente, cum'è per esempiu in u 1954, quandu chì vensenu fuse e vechje campane è turnate à impiccà à novu, o in u 1994, chì fù scambiata a porta maiò.

 


Santa Maria Assunta, in CampiSanta Maria Assunta, église paroissiale de Campi, divise harmonieusement ce lacet que forme le village en deux partie égales, et en constitue l'édifice le plus imposant, le plus remarquable de loin, surtout lorsque, par la route, on monte du village voisin de Tocchisu.

 

Ce souci de « mise en scène » dans le choix de sa situation et son architecture ne doit sans doute rien au hasard, et coïncide tout à fait avec l'esprit de la Contre-Réforme soufflant sur l'époque de sa construction, le 18e siècle, et son style typiquement baroque, où la théâtralisation des thèmes religieux est utilisée comme promotion d'une Eglise qui cherche à restaurer son prestige à travers le monde.

 

Principalement, c'est d'ailleurs le culte marial, mis en doute par la Réforme, qui en deviendra le « fer de lance », notamment par la grande diffusion du Saint Rosaire, de l'Immaculée Conception et de l'Assomption de la Vierge.

 

Il semble pourtant que la construction d'un édifice de si grande taille par une communauté si modeste n'ait pas permis de lui adjoindre un clocher à sa mesure, le clocher actuel, doté de deux petits étages,  dépassant à peine l'imposante façade.

 

A plusieurs reprises la communauté a pourtant œuvré, avec ses deniers, à l'entretien courant de son église, y montrant ainsi son attachement, comme en 1954 où les anciennes cloches furent refondues et replacées neuves, ou en 1994 où la porte d'entrée fut remplacée.

 

 

 

 

 

San Cervone à Campi

San Cervone, in CampiPosta nant'à a so punta, a cappella San Cervone supraneghja tuttu u paese di Campi chì si sbucineghja da punente à levante, longu una cresta matticciosa fatta à zenna.

 

Rimanighjata à l'època barocca à ciò chì pare, a struttura originale serebbe romanica o preromanica. Di fatti à l'epoca di Roma antica eranu digià praticate quelle strade  muntagnole chì da a valle d'Alisgiani sboccanu per Bocca à i Muteri è e grotte di a Nuvale, à falà fin'à in piaghja di a Pianiccia, passendu in Campi. Da tutte e creste à l'ingiru si scopre u paese nant'à u so poghjale.

 

Durante issi lavori omu averà scambiatu l'orientazione di a cappella,- oghje a porta s'apre à levante, è l'àssita ùn ci hè più -, è funu erette ancu e duie cappelle in giru à a navata, cù u picculu campanile. Una certa sumiglia l'hà cù San Petru di Pianellu. Parechje volte ingrandata è allargata, a quatrera à nordu-levante puderebbe esse u solu pezzu d'origine chì ferma di a prima ghjesgia. 

 

Altare maestru di a ghjesgia di Campi, cù i simboli di San CervoneDentru ci hè un picculu quatru cù u visu di u santu vescu, è nant'à l'altare maestru di « stucco lustro », venenu tinti i sìmbuli di u so pudere, a mìtria, a pastorale è a stola. E reliquie di San Cervone, mortu in l'isula d'Elba in u 545, sò custudite in a catetrale di Massa Marittima, in Maremma.

 

Ghjunta in Corsica à i primi tempi di l'època pisana, a devozione per San Cervone ci s'hè sparta assai in u Medievu, è ghjesge à ellu dedicate ci n’hè di più in Corsica chè in Tuscana, sopratuttu in a diòcesi d'Aleria, tandu amministrata da a Republica di Pisa.

 

Secondu Marina Mangiameli, u cultu di Santu Mamilianu, San Quilicu è San Cervone addunisce l'Isule Tuscane cù a Corsica è a Maremma in un'unica religiosità, chì mette in risaltu l’esistenza d’antichìssime strade cummerciale aduprate da omi è mercanzie chì passavanu da una sponda à l’altra di Mare Tirrenu, chjamatu tandu Canale di Corsica, senza alcuna dificultà, saltendu da portu in portu.

 

Stu cummerciu frà Corsica è Maremma era cuntìnuu, intensu è attivìssimu, prima sott'à a custodia pisana, dopu ghjenuvese. Tanti scartafacciuli di u XIVu seculu accertanu chì da a Corsica scalava in i porti di Maremma ligname, vinu, pesci, casgiu, carne salita è granu, invece chì i Maremmani cummerciavanu per i porti di Calvi, Campulori o Bunifaziu, purtendu tissuti di linu o di cànapu, baracani (stofe di lana), oliu, sale è ferru.

 

Ùn mancanu dinò in Italia e vistiche vechje di e culunie di Corsi chì anu francatu u mare qualsìasi l'època pè stabbilì si in Terra Ferma, è dice ancu una legenda, ma sbugerdata da i studii stòrichi, chì serebbenu i Corsi à avè fundatu l'anticu portu etruscu di Populonia, duve qualchì seculu dopu, un vescu famosu avia da diventà San Cervone.    
  


San Cervone, in CampiDu sommet de son à-pic, la chapelle San Cervone domine tout le village de Campi qui serpente le long d'une crête schisteuse abrupte s'abaissant d'ouest en est.

 

Restructurée semble-t-il à l'époque baroque, elle possède des bases romanes ou préromanes. Le site de Campi serait en effet un lieu de passage connu depuis les Romains entre la vallée de l'Alisgiani et la plaine de Pianiccia, par Bocca à i Muteri et les grottes d'a Nuvale. Il est immanquable depuis toutes les crêtes avoisinantes.

 

C'est lors de ces transformations que l'orientation de la chapelle aurait été inversée, la porte d'entrée se trouvant désormais coté-est à la place de l'abside détruite, et qu'elle gagna ses deux petits transepts ainsi que son clocher. Son plan n'est pas sans rappeler celui de San Petru à Pianellu. Agrandie à plusieurs époques, l'angle nord-est semble demeurer le seul élément de la maçonnerie d'origine de ce sanctuaire. 

 

A l'intérieur, on trouve un petit tableau représentant le visage du saint-évêque de Populonia mort en 545 sur l'île d'Elbe et dont les reliques se trouvent dans la cathédrale de Massa Marittima. Sur le maître-autel en « stucco lustro », on y voit les symboles de son pouvoir, la mitre, la crosse et l'étole.

 

Sans doute introduit en Corse aux premières heures de l'époque pisane, le culte de San Cervone y devint de plus en plus répandu au Moyen-Age, et les églises qui lui sont dédiées y sont plus nombreuses qu'en Toscane, et plus particulièrement dans l'évêché d'Aleria, administré à cette époque par Pise.
 

D'après Marina Mangiameli, les cultes de San Mamilianu, San Quilicu et San Cervone unissent les îles de l'Archipel Toscan avec la Corse et la Maremma en une unique dévotion, qui met en évidence l'existence d'antiques circuits commerciaux par lesquels hommes et marchandises passaient d'une rive à l'autre de la Tyrrhénienne, alors appelée « Canale di Corsica », en toute simplicité, par cabotage.

 

Le commerce entre la Corse et la Maremma était continuel et d'une intense activité, d'abord sous l'égide de Pise puis de Gènes. De nombreux documents du 14e siècle attestent que dans les ports de Maremma débarquait en provenance de Corse, bois, vin, poisson, fromage, viande salée et blé. Inversement, les gens de la Maremma commerçaient dans les ports de Calvi, Campulori ou Bunifaziu, apportant tissus de lin et de chanvre, baracans (lourdes étoffes en laine), huile, sel et fer.

 

Les traces sur le continent italien sont également nombreuses autant qu'anciennes de colonies qui de Corse vinrent à toutes les époques s'installer en « Terra Ferma », et une légende attribua même, à tort, aux insulaires la co-fondation de l'antique port étrusque de Populonia, où quelques siècles plus tard un célèbre évêque allait devenir San Cervone.

 

 

 

 

 

 

San Simeone à Moita

San Simeone di MoitaCum'è basi tutte e ghjesge di Corsica, a ghjesgia parochjale San Simeone di Moita hè di stile baroccu. Ristorata à bè nù l'annate 1990, hè un tesoru risanatu di pitture di a scola corsa di u XVIIIu seculu. Ci si trova opere di De Grandi è di Carli, secondu u ricensu fattu da M.E Nigaglioni.

 

Ma l'opera a più bella serà a statula in marmaru di Sant'Antone Abbate, chì à l'orìgine venerebbe da u cunventu di Matra. Serebbe stata chjappa da i paisani in tempi di a Rivoluzione, è serebbenu scuppiate ancu e fucilate ... 

 

A storia di u campanile anch'ella hè da cuntà : Listessu sciappatu à quellu di a Porta d'Ampugnani per i primi dui piani, serebbe statu erettu, secondu a memoria à bocca, da un certu Baina chì, appuntu, travagliava à listessu tempu nant'à i dui edifizii, un pianu quì, un pianu culà. Ma compiu ch'ellu ebbe quellu di a Porta, cascò è si ne murì, è cusì l'ultimu pianu moitincu u fece un antru, è per ciò hè sferente. 

 

San Simeone di Moita, cù u so campanileFattu si stà chì, s'omu feghja appena certe date da vicinu, u mortu di a Porta ... averebbe spusatu a figliola di u Rè Tiadoru, qualchì tempu dopu ...

 

Sia cum'ella sia, u stalvatoghju permette di mette più o menu una data nant'à l'edificazione di u campanile, postu chì Domenico Baina travagliò in Corsica da u 1695 fin'à u 1732 (Dizziunariu Storicu di a Corsica, A.L. Serpentini, p.91), almenu ch'ellu fussi u figliolu Matteo, stuccadore è pittore da decorazioni, à fà la.

 

Da una croce hè signalatu dinò u ghjornu di a vìsita di Patre Albini in paese, in missione di predicazione nant'à a richiesta di u Maresciallu Morandini, barone d'Imperu. Allugiati à u cunventu di Vicu, i patri Albini è Telmon principionu a so missione cù Moita, l'11 aostu di u 1836, è cusì vense posta issa croce, in solenne ceremonia.

 

Accant'à quella croce ci hè una surgente chì e so onde averebbenu certe virtù miraculose per curà l'ochji.


 


San Simeone, in MoitaL’église paroissiale San Simeone de Moita est comme la quasi totalité des édifices religieux de Corse de type baroque. Sa restauration débutée dans la décennie 1990 est une réussite, car l’édifice a retrouvé de sa superbe. Cette église regorge de nombreux trésors picturaux de l’école corse du 18ème siècle. En effet on y trouve des toiles de peintres comme De Grandi et Carli, comme l’a montré l’étude de Michel-Edouard Nigaglioni.

 

Une des plus belles pièces de l’édifice est sans doute la statue de marbre de Sant’Antone Abbate. A l’origine, elle aurait appartenu au couvent de Matra. Les paroissiens l’auraient récupérée, à la révolution, en la dérobant « à coups de fusils ».

 

San Simeone, suffittu di a ghjesgia di MoitaSon histoire, un peu rocambolesque, n’est pas sans rappeler celle du clocher, qui est la copie conforme de celui de a Porta d’Ampugnani, en ce qui concerne les deux premiers étages. En effet d’après la mémoire collective, il serait l’œuvre d’un dénommé Baina qui édifiait simultanément les deux édifices, étage après étage. Après avoir achevé son ouvrage à a Porta, il serait mort d'une chute, c’est pourquoi le troisième étage de Moita, édifié par un autre, est d’un style différent.

 

Après rapprochement de certaines dates, il est à noter que  le sieur Baina serait mort à a Porta d’Ampugnani après avoir fini le clocher ... et aurait épousé par la suite la fille du Roi Théodore !

 

Quoi qu'il en soit, cette histoire permet de dater approximativement le clocher car l’activité de Domenico Baina est attestée en Corse de 1695 à 1732 (Dictionnaire Historique de la Corse, Antoine Laurent Serpentini, p.91), à moins que le constructeur ne soit son fils Matteo, stucateur et peintre décorateur dans l’île.

 

Patre AlbiniMoita possède aussi, à son entrée nord, une croix qui rappelle le passage du Padre Albini, venu à l’instigation du Maréchal Morandini, baron d’Empire, en  mission de prêche. Installés au couvent de Vicu, les pères Albini et Telmon commencent en effet leur première mission à Moita, le 11 août 1836, mission couronnée par la plantation de cette croix.

 

A côté de celle-ci se trouve une source à laquelle on prête un pouvoir miraculeux dans le domaine ophtamologique.

 

 

 

San Bernardinu di Siena, à Matra

San Bernardinu di Siena, in MatraDedicata un tempu à San Bonaventura, s'avia digià chjappu u so nuvellu titulu di San Bernardinu di Siena quandu chì Monsignore Mascardi a visitò in u 1589, è a discrisse cum'è una piccula ghjesgia rumanica cù u tettu malandatu. Cum'è oghje, per entre ci si falava dui scalelli.

 

Frà a fine di u XVIu seculu è u principiu di quellu dopu, serà stata ingrandata è rimanighjata cum'ella hè avà, di stile pisanu.

 

Sti dui santi accennanu forse un evenimentu maiò in a Storia di l'Ordine di San Francescu quandu chì in u XIVu seculu, ebbe da pate una mossa importante di riforma interna chì sbuccò, dui seculi dopu, à a creazione ufficiale d'un ordine dettu di l'Osservanza, più favurèvule à un ritornu à a regula stretta vulsuta da u fundatore, è u rispettu di a puvertà di vita. Quelli chì à a pulitica di l'Ordine eranu firmati fidi, eranu chjamati i Cunventuali.

 

San Bonaventura di Bagnorea, vescu, cardinale è Duttore di a Ghjesgia in u XIIIu seculu hè tenutu frà i babbi fundatori di l'Ordine Franciscanu, è ministru generale ne fù durante 17 anni. San Bernardinu di Siena, ellu fù persunalità di prima trinca per l'Ordine di l'Osservanza, ne fù vicariu generale in u 1437, è assai si dete à a sparghjera di a riforma è à crèscita di l'ordine à iss'epica.

 

Tandu pò omu pensà chì, bellu prima sti tempi di riforma, u cunventu San Francescu di Matra fù fundatu è occupatu da i Franciscani, chì à a ghjesgia lascionu u titulu di u so santu fundatore San Bonaventura, è dopu passò à l'Osservanti chì, primurosi di sparghje l'idea di a riforma, fecenu cambià u titulu di a ghjesgia in favore di San Bernardinu di Siena.

 

Sia cum'ella sia, hè cosa accertata chì, durante seculi è seculi i discipuli di u Puverellu d'Assisi anu campatu à fianc'à e cumunità di Matra è di Moita, spartendu ne e gioie è i malanni, è a so stampa l'anu lasciata prufonda per sti lucali, in a tupunimia, l'edifizii è a religiosità.

 

 


Dédiée autrefois à San Bonaventura, c’est déjà sous son nouveau vocable de San Bernardinu di Siena que Mgr Mascardi vît en 1589 l'actuelle église paroissiale de Matra, la décrivant comme une église romane dont le toit n'est pas en très bon état. Déjà on y entrait en descendant deux gradins.

 

Un peu plus tard, à la fin du 16e siècle ou au début  du 17e siècle, elle sera agrandie et remaniée, laissant place à l'édifice actuel de style pisan.

 

A travers ces deux vocables, on entrevoit peut-être un épisode majeur de l'Histoire de l'Ordre de Saint François d'Assise, qui connut en son sein à partir du 14e siècle un important mouvement de réforme qui débouchera au 16e siècle à l'officialisation d'une branche dite des frères de l'Observance, favorables à une application plus stricte de la règle selon les préceptes du fondateur, dans l'observance de la pauvreté, par opposition aux Conventuels, demeurant fidèles à la politique moins radicale de l'Ordre.

 

San Bonaventura di Bagnorea, évêque, cardinal et Docteur de l'Eglise au 13e siècle est considéré comme un père fondateur de l'Ordre Franciscain, et en fut le ministre général durant 17 ans. San Bernardinu di Siena fut quant à lui une grande personnalité de l'Ordre des Observants, dont il fut le vicaire général en 1437, contribuant à sa grande expansion à cette époque.

 

On peut donc penser que c'est bien avant la réforme que le couvent San Francescu de Matra fut fondé et occupé par les franciscains, laissant à l’origine ce premier vocable de San Bonaventura, leur père fondateur, à l'église de Matra, puis qu'il passa sous l'égide des Observants, qui dans un esprit prosélytique de la réforme, favorisèrent l'attribution de ce nouveau vocable de San Bernardinu di Siena à l'église.

 

Quoi qu’il en soit, c’est des siècles et des siècles durant que les disciples du Puverellu d'Assisi auront étroitement partagé les joies et les peines quotidiennes des communautés de Matra et de Moita, marquant durablement de leur empreinte la toponymie, le bâti aussi bien que les cultes en ces lieux.  

 

 


  • Le rocher gravé de Matra : Situé au lieu-dit Santa Maria, en contrebas de la route à l'entrée-est du village, ce gros bloc de schiste comporte des marques faites par l'Homme, cupules et incisions. La communauté de Matra a constitué une association afin de pouvoir préserver et valoriser le site. Découvrez son site, ainsi que le Rapport de Prospection-Inventaire établi en 2008 par le Service Archéologie de la D.R.A.C. Si le lien ne fonctionne pas, merci de cliquer ici (document pdf de 9 Mo).

 

 

  

 

Cunventu San Francescu à Matra

Cunventu San Francescu di Matra. Daretu ci hè Moita.Hè un cunventu d'Osservanza dedicatu à a Vergine Santa, fundatu in u 1642, secondu l'archivii di a cumuna. U so valore era circa 3000 lire. Avia u so giardinu, una vigna cù unepoche di terre chì in tuttu valianu 2579 lire.

 

À l'iniziu u capipruvincia era Patre Giovanni di Tallà. E prime annate funu belle felice ma, per via d'una bolle scritta da u Papa Innocente X in u 1652 in u scopu di caccià i cunventi più chjuchi, ebbe da chjode fin'à u 1669, quandu chì u Patre Giovanni di Campuloru ottenì da a Sacra Cungregazione a grazia di ripiglà lu.

 

Era un casamentu sodu, di bunissima faccenda è architettura. A ghjesgia avia sette cappelle chì ognuna si pudia vede da u sugliare di a porta. In una ci era una statula in marmaru di Sant'Antone Abbate fatta, à ciò chì paria, da qualchì scultore di prima trinca. L'altare maestru cù i so gradini, u tabernaculu, i sopraporta, tuttu era di marmaru. Di tutte st'opere ùn ferma più nunda.

 

Quella statula di Sant'Antone Abbate si sà oghje ch'ella stà in ghjesgia San Simeone di Moita. Sapemu dinù chì una statula di Sant'Antone di Paduva stà in ghjesgia San Ghjuvanni Battista di Tocchisu.

 

À tocca tocca cù u cunventu, a ghjesgia arruvinata, sottu titulu di Santa Maria, avia a so arca induve tanti Maturinchi dumandavanu à esse seppelliti, in i tempi.

 

Nant'à stu sugettu, Carlu Ghjuvanni Giordani mintuveghja, di ghjugnu di u 1985 nù l'archivii cumunali, un testamentu scrittu u 15 di ferraghju di u 1783 da u ben'di Giordani Francescu Antone dettu Tattone, chì dumanda à esse seppellitu in ghjesgia di u cunventu di Matra, nant'una tola è in un catalettu dipusitatu in l'arca, in presenza di i so dui figlioli ch'anu l'obbligu di fà celebrà novanta messe per u riposu di a so anima, durante l'annata dopu a so morte.
 

 


Couvent d’Observance dédié à la Sainte Vierge, vraisemblablement fondé en 1642, selon les archives communales les plus anciennes. On apprend encore qu'« il fut estimé à 3000 livres. Il possédait un jardin, une vigne et des terres valant en tout 2579 livres.

 

Le Provincial au début fut le père Giovanni de Tallano. Les premières années furent heureuses, mais une bulle d'Innocent X datée de 1652 ayant supprimé les petits couvents, il resta fermé jusqu'en 1669. A cette date le père Giovanni de Campoloro obtint de la Sacrée Congrégation la grâce de le reprendre.

 

C'était un édifice solide, d'une excellente architecture. Il y avait deux dortoirs et pouvait contenir sept religieux et même plus. L'église avait six chapelles que l'on apercevait à la fois de la porte d'entrée. Dans l'une d'elle on remarquait une statue de Saint Antoine en marbre, qui paraissait être l'œuvre d'un sculpteur habile. Le maître-autel, ses marches, le tabernacle, le linteau des portes étaient en beau marbre. Il ne reste plus rien de tous ces objets d'art. »

 

On sait aujourd'hui que cette statue en marbre de Sant'Antone Abbate est sans aucun doute celle présente dans l'église San Simeone di Moita. On sait aussi qu'une statue de Sant'Antone di Padua se trouve aujourd'hui en l'église San Ghjuvanni Battista di Tocchisu.

 

Attenante au couvent, l'église en ruine était dédiée à Sainte Marie. Elle possédait une fosse commune ("arca") ou de nombreux Maturinchi demandaient à être ensevelis.  En juin 1985, Charles-Jean Giordani complète les archives communales en nous donnant cette indication :

 

« Qu'il me soit permis cette anecdote : nous possédons un testament daté du 15 février 1783. C'est celui de feu Giordani François Antoine dit Tattone, par lequel il demande à être enterré (seppelitu) en l'église du couvent de Matra sur "tola" et dans le "catalettu" avant d’être déposé dans "l'arca", ceci en présence de ses deux fils qui étaient tenus de faire célébrer "nonanta" (quatre-vingt dix) messes pour le repos de son âme dans l'année qui suivrait son décès. »

 

 

 

 

 

Santa Cicilia à Pianellu

Santa Cicilia, u Poghju di PianelluÀ u Poghju di Pianellu ci si trova a ghjesgia parochjale dedicata à Santa Cicilia.

 

À l'origine si tratta d'una cappella rumanica (San Michele) aggrandata in lu 1696 (hè tandu ch'elle si facenu e duie prime cappelle laterale; quella di u Rosariu à diritta collendu è di Sant'Antone Abbate -o di mezu ghjennaghju- à manca collendu).

 

L'altre quattru cappelle sò state fatte bellu dopu (respettivamente à a fine di u seculu XVIII è à a fine di quellu dopu). Tutti i documenti cuncernendu quell'ùltimi travagli sò da leghje in l'archivii di a Cunfraterna. Ci si trova tuttu u detagliu; da a robba aduprata à i prezzi.

 

Frà tant'altra robba di bellezza è di valore, nentru ci si trova a perte mezana d'un antichissimu trìtticu (seculu XVI) riprisentendu u Crucifissu cù dui battuti addinochjati unu per banda.

 


Santa Cicilia, altare maestruL'église paroissiale dédiée à Santa Cicilia se trouve dans le hameau de Poghju di Pianellu.

 

 

 

Il s'agit à l'origine d'une chapelle romane dédiée à San Michele agrandie en 1696, en même temps que l'on crée les deux premières chapelles latérales, celle du Rosaire à droite en entrant, et celle de Sant'Antone Abbate, à gauche en entrant.

 

 

 

 

 

Santa Cicilia, u campanileLes quatre autres chapelles sont faites bien plus tard, (respectivement fin 18ème siècle et fin 19ème siècle), d'après les renseignements fournis le 15 mai 1905 par l'Abbé Risterucci, curé de la paroisse suite à la question de l'Eglise et de l'Etat. Tous les documents relatifs à ce dernier chantier sont disponibles dans les archives de la Confrérie, dans le moindre détail, des matériaux utilisés jusqu'aux coûts.

 

Entre autres objets de valeur, on trouve dans l'église la partie centrale d'un triptyque très ancien (16ème siècle) représentant le Crucifix entouré de deux pénitents  flagellants agenouillés de part et d'autre.

 

 

 


 

  • Renseignements fournis par l'Abbé Risterucci de cette paroisse le 15 mai 1905, aux Vicaires Capitulaires Desanti et Guelfi, que ces derniers ont demandé à la suite de la question de la Séparation de l'Eglise et de l'Etat :  

 

 

Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 1 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 2 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 3 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 4 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 5 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 6 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 7 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 8 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 9 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 10 Commentaires de l'abbé Risterucci à propos de Sta Cicilia et San Petru, et discours en faveur de l'abbé Risterucci par Don Ghjilormu Pietri - 1867, 1950 - 11


 

 

 

 


San Petru à Pianellu

San Petru, à l'OstricacceÀ l'Ostricacce ci hè a cappella rumanica di San Petru (in verità San Petru è Paulu). Era paruchjale sin'à u 1696 prima ch'ella fussi eretta Santa Cicilia. Ci si trova dunque l'antica arca duve riposanu tutti l'antenati; hè dinù à San Petru ch'ella fù fatta a donazione di Mar'è Stagnu (1703). 

 

À u seculu XVIII si s'aghjustanu duie cappellucce laterale mustrendu bè ch'ella conta sempre pè i paisani.

 

Oghje ghjornu hè sempre una festa maiò quella di u 29 di ghjugnu. A vigiglia s'accendenu i fochi, i « sanghjuvanni », per u paese da ch'elli i possanu vede ancu i paisani di piaghja. Si capisce ch'ellu ci hè custì una particularità pianellaccia currispundendu, di fatti, à una cunfusione di date trà San Ghjuvanni (24/06) è San Petru (29/06).

 

Duie spiecazioni serebbenu da prupone:

  • A vicinanza in lu tempu averebbe forse permessu d'addisparà i paisani è si serebbe cusì « appicciatu » e duie feste in una sola. Serebbe pussibile ma ùn ci cridimu.
     

  • A seconda spiecazione averebbe una leia stretta cù e lògiche di putere (spirituale è temporale) in la Chjesa. Un ci scordemu chì a nostra spiritualità nasce pè maiò parte da i Franciscani è chì quest'ultimi contanu frà i « sanghjuvannini ». Ancu s'ellu si tratta custì di Ghjuvanni Apòstulu, a cunfusione cù u Battistu accade spessu in l'usanze populare.
    U fattu  d'accende i fochi (d'altronde chjamati in referenza à San Ghjuvanni) a vigiglia di San Petru, serebbe u mezu più bellu di riaffirmà chì questu ultimu (è dunque u so successore nantu à a Santa Sede) ferma senza dubbiu u Capu di a Chjesa Universale.

 


 

San Petru, à l'OstricacceLa chapelle romane San Petru (en fait San Petru è Paulu) se trouve au hameau de l'Ostricacce. Elle fût église paroissiale jusqu'à 1696 avant que soit érigée Santa Cicilia. Ainsi y trouve-t-on l'antique fosse commune où reposent tous nos ancètres.

 

C'est également à San Petru que fût faite la donation de Mar'è Stagnu (1703) à la communauté de Pianellu. Au 18ème siècle, deux petites chapelles latérales y furent ajoutées, ce qui montre bien l'intérêt toujours fort que les villageois lui portaient à cette époque.

 

 

San Petru, l'arca.Le 29 juin demeure aujourd'hui un jour de fête majeur, et la veille, on allume les feux, appelés i « sanghjuvanni », dans le village, afin que ceux de la plaine puissent les voir. Il est clair qu'il y a là une particularité propre à Pianellu et née en fait d'une confusion de date entre San Ghjuvanni (24 juin) et San Petru (29 juin).

  

Nous y voyons deux explications possibles : 

  • La proximité dans le temps entre les deux fêtes a pu permettre une « économie » pour les villageois et les deux fêtes se seraient ainsi fondu en une seule. C'est possible mais nous ne le pensons pas.
     
  • La seconde hypothèse serait plus étroitement liée aux logiques de pouvoir, spirituel et temporel, au sein de l'Eglise. Rappelons que notre spiritualité est forgée en grande partie par les Franciscains, qui comptaient parmi les « Johannites ». Bien qu'il s'agisse ici de Jean l'Apôtre, on sait que la confusion avec le Baptiste est fréquente dans les usages populaires.
    Le fait d'allumer les « sanghjuvanni » ou « feux de la Saint-Jean » la veille de San Petru pourrait être le meilleur moyen de réaffirmer que ce dernier, et donc son successeur sur le Saint-Siège, demeure sans équivoque le Chef de l'Eglise universelle.

 

 


 

 

 

 

 

San Vincente à Pianellu

San VincenteSi tratta d'una capella rumanica, fora à paese, chì hè stata abbandunata un tempu. In lu 1589, Monsignore Mascardi in visita in Pianellu dice ch'ella hè meza trafalata è di fatti, oghje ghjornu li manca a so àssita. Hè cusì chì l'edifiziu hà persu a so orientazione simbòlica da punente (= morte) à levente (= lume di u Cristu = vita), orientazione cumuna à l'architettura religiosa di l'epica.

 

In tempu di a so reabilitazione, hè stata forse pè cumudità chì l'entrata vera hè stata tuppa è s'hè pensatu tandu di prufittà di l'apertura assitiale per fanne a porta nova.

 

L'abbandonu di u cultu per ùn si sà quantu tempu, averà forse messu a cunfusione trà i santi da festighjà. Si sà chì u nostru rughjone, di sicuru trà i primi in Corsica à esse statu cristianisatu, propone à a devozione solu santi primitivi.

 

Prucessiò per San Vincente, versu u 1970A stranità vene da chì San Vincente Ferrer, un dominicanu di u seculu XV, sia onoratu in Pianellu. Si pensa logicamente chi à l'origine un altru San Vincente spagnolu, quellu diàconu di u seculu IV, sia statu quellu veneratu. A tradizione orale a cunfermeria mintuvendu u ghjornu di u 22 di ghjennaghju pè a festa vera di u santu; festa attempata per scelta à u 20 d'aostu per chì e famiglie pasturecce, tandu inmuntagnate, possinu esse presente (a festa vera di San Vincente Ferrer esssendu à u mese d'aprile).

 


San Vincente, messa cù u vescu, Mgr BruninSan Vincente est une chapelle romane, éloignée du village, qui resta longtemps abandonnée. Monseigneur Mascardi en visite pastorale à Pianellu nous indique en 1589 qu'elle est à moitié en ruine, et de nos jours en effet, il lui manque son abside. C'est donc au moment de sa réhabilitation qu'ella a perdu son orientation symbolique d'ouest (= la mort) en est (= la lumière du Christ, la vie), commune à l'ensemble de l'architecture religieuse de l'époque.

 

C'est sans doute par commodité que l'entrée véritable à l'ouest fût alors bouchée et que l'on pensa profiter de l'ouverture absidiale à l'est pour en faire une nouvelle porte.

 

Après la procession, la bannière est symboliquement vendue aux enchèresL'abandon du culte, on ne sait pendant combien de temps, fût peut-être également la cause d'une confusion entre les saints à fêter. Comme nous le savons, notre microrégion, sans aucun doute parmi les toutes premières en Corse à avoir été christianisées, ne propose à la dévotion que des saints primitifs. Il est surprenant que Saint Vincent Ferrier, un dominicain du XVème siècle soit vénéré à Pianellu.

 

Il est plus logique de penser qu'à l'origine, un autre Saint Vincent, espagnol et diacre du IVème siècle put être vénéré avant lui. Ceci serait confirmé par la tradition orale qui indique le 22 janvier comme fête véritable du saint, fête déplacée volontairement le 20 août afin que les familles de bergers, alors dans les pacages des montagnes de Pianellu, puissent y être présentes (la fête de Saint Vincent Ferrier étant au mois d'avril).

 

 


 

 

 

 

San Cristòfanu à Pianellu

San Cristòfanu hè una cappelluccia rumanica posta nant'à un poghjale d'Erdiglia, à mezu castagnetu è longu à u chjassu vechju chì và da Pianellu à Alisgiani. Tutta trafalata, ne ferma a vistica (fundazioni) ma e so petre zoccate sò spaperse à l'ingiru.

 

L'usu hè di dì ch'ellu ci si accuglia è ci si battizava tutti quelli chì ùn pudianu in altrò. Di fatti à i tempi di i saracini era una « cappella clandestina » (d'appressu à u nostru cunfratellu pianellacciu Don Marcu Negroni) duve chì i cristiani ci s'addunianu à l'appiattu.

 

L'idea rimanda à a Moresca sempre in le memorie di u lucale. Ammentemu a famiglia Filippi di Moita capace d'indettà, à a fine di u seculu XX, a musica è u ballu currispondenti à un fattu storicu vechju di più di mill'anni (vede racolte sonore di Felice Quilici).

 

A toponimia hè dinò ella di primura in lu ragionu :  L'altru pettale di a valle di punta à San Cristòfanu hè precisamente chjamatu « e Saracinasche » ... vale à dì u locu di i Saracini.

 

A festa di San Cristòfanu (u 25 di lugliu), abbandunata da ùn si sà quantu, serà rimessa in ballu (sì Diu vole) pè u 2011.

 


San Cristòfanu est une petite chapelle romane érigée sur un promontoire au lieu-dit Erdiglia, au milieu des châtaigniers et le long de l'antique sentier reliant Pianellu à la piève voisine d'Alisgiani. Entièrement ruinée, on peut en voir les fondations, ainsi que les pierres taillées disséminées alentour.

 

D'après l'usage transmis oralement jusqu'à nos jours, on y accueillait et on y baptisait tous ceux ne le pouvant être en d'autres lieux. En effet d'après notre confrère de Pianellu Don Marcu Negroni, elle était à l'époque du péril sarrasin une « chapelle clandestine » où les chrétiens venaient s'y réunir en cachette.

 

Cette idée renvoie bien sûr à a Moresca, toujours très présente dans la mémoire populaire locale, puisque par exemple, la famille Filippi de Moita était toujours capable à la fin du 20ème siècle d'évoquer la musique et la danse de cette épisode historique vieux de plus de mille ans.

 

La toponymie elle aussi en garde les traces : Le versant situé en face de San Cristòfanu se nomme en effet  « e Saracinasche », c'est à dire le lieu des Sarrazins.

 

Pour l'année 2011, nous espérons fortement relancer la fête de Saint Christophe, le 25 juillet, abandonnée depuis des temps immémoriaux.   

 

 

 

 

 

 

San Sebastianu à Pianellu

Castagnu millenariu, San SebastianuDaveru cù San Sebastianu, simu di pettu à una perdita di a memoria populare. Tuttu si limiteghja à u topònimu in lu castagnetu di Campi trà Pianellu è Matra

 

A cappella ella stessa hè smarita è duv'ella era probabilmente, ci si trova oramai un casellu. A cosa hè moltu più strana chì u locu hè sempre statu battutu almenu da mill'anni. Ne danu testimonienza i castagni chì contanu frà quelli più vechji d'Auropa; sò d'altronde questi custì chì i paisani è a Fondazione di Corsica provanu à salvà. 

 


Les châtaigniers millénaires de San SebastianuAvec San Sebastianu, nous sommes réellement en présence d'une perte de la mémoire populaire. Plus rien ne subsiste en dehors du toponyme de cette châtaigneraie de Campi, située entre Pianellu et Matra.

 

La chapelle elle-même a disparu de son emplacement supposé, remplacée par une maisonnette à usage agricole. C'est d'autant plus curieux que ces lieux sont fréquentés depuis au moins mille ans, témoins en sont ces châtaigners qui comptent parmi les plus vieux d'Europe, et qui font aujourd'hui l'objet d'un programme de sauvetage et de restauration à l'initiave des villageois et de la Fondation de Corse.

Santa Maria Nunziata à Zuani

A Santissima Nunziata, ZuaniA ghjesgia parochjale di Zuani tempi passatoni era una cappella romanica, digià à i tempi di Monsignore Mascardi chì a ci indetta in u 1589, è fù rimanighjata in tuttu, durante u XVIIu seculu.

 

Assai tipica di quellu slanciu misticu di a Contrariforma chì in l'Auropa sana sparghjì e so ale, hè propriu di stile baroccu, cù una certa particularità corsa. Risanata propriu cum'è si deve à l'internu à u XXu seculu, hè tutta adurnata d'affreschi nant'à i suffitti, l'altari è i pilastri.

 

Ma u so più bellu tesoru hè issa bellissima porta in castagnu zuccatu, tinta è pulicroma, chì l'averebbe fatta qualchì artistu Corsu, versu u 1760.

 

Porta di a ghjesgia, ZuaniAbbastanza mudesta di misure (290 cm d'altu, 148 cm di largu), hè fatta à dui pannelli, cù una purtuccia à mezu. Di culori ci hà u celeste, u biancu è u rosu, nant'un fondu culore di mostu assai trapassatu da u tempu. Certi detagli sò stati innurati da rialzà li.

 

In un stile ingènuu è cummuvente, hè raprisentata a scena famosa di a Nunziata, cum'è in tante ghjesge, sopratuttu quelle dedicate à a Madonna, nentr'à un cartucciu zuccatu cù assai finezza, in parte suprana, è sopra, una curona mariale. Sottu ci sò dui cartucci cù l'anghjuli sculpiti, facciuti è alisparti.

 

Quaghjò ci hè un dragu chì pare calpighjatu è assuffugatu da tanta divizia di simbolica cristiana ...    
 


L'actuelle église paroissiale est à l'origine un édifice roman, attesté par Mgr Mascardi en 1589, profondément remanié au 17e siècle.


Santa Maria Nunziata di Zuani, suffittu di l'altare maestruBien typique de l'élan mystique de la Contre-Réforme répandu dans toute l'Europe, elle est caractéristique de l'art baroque, avec un particularisme insulaire marqué. Très bien restaurée à l'intérieur, elle possède de belles fresques décoratives aux plafonds, sur les autels et les piliers.

 

Mais son plus beau trésor est sans aucun doute cette magnifique porte d'entrée, en bois de châtaigner taillé, peint et polychrome qui daterait d'environ 1760, probablement réalisée par un artiste insulaire.

 

De dimensions modestes (290 cm de haut, 148 cm de large), elle est composée de deux vantaux, avec en son centre une porte de service plus petite. Les couleurs dominantes sont le bleu clair, le blanc et le rose, sur un fond lie de vin très délavé, et certains détails ont été relevés par des dorures.

 

Dans un style naïf et touchant, elle représente une scène de l'Annonciation, thème récurrent dans les églises surtout lorsqu'elles sont dédiées à la Vierge, dans un cartouche très finement exécuté et surmonté de la couronne mariale, en haut de la porte. Sous ce cartouche ont été sculptés deux angelots joufflus.

 

Sur le bas de la porte est sculpté un dragon, comme terrassé par le poids de toute cette symbolique foisonnante.

 

Madonna di a Misericordia, cun Santu Tugnu.Au fond à droite de l'autel, on trouve une belle statue en marbre de la Vierge de la Miséricorde datée du 17e siècle. Les villageois de Zuani portent une dévotion particulière à Santu Tugnu, ce « saint » agenouillé devant elle qui l'abrite sous son manteau et est ... enceinte, selon la croyance locale.

 

Il s'agit en fait d'une représentation conforme à l'iconographie de la Vierge de la Miséricorde à partir de ce siècle, qui relate une célèbre apparition : Le 18 mars 1536 au matin, la vierge Marie apparut toute vétue de blanc et entourée d'une lumière aveuglante à un vieux paysan, Antonio Botta, près de Savona.

 

Ainsi fut construit à Savona un sanctuaire d'où se propagea fortement à travers le monde le culte de la Vierge de la Miséricorde. La statue de Zuani est la copie conforme de celle de Savona. Il n'en existerait que quatre exemplaires.

 

Madonna di a Nunziata cù S. Antone è un altru santu.SS. Rusariu cù S. Dumenicu è S. Catalina di SiennaVergine Maria cù S. Francescu è S. Carlu BorromeoVergine Maria cù S. Roccu è S. Antone

 

Retrouvez ici une description de l'église de l'Annonciation de Zuani.

San Lorenzu à Ampriani

 San Lorenzu, in AmprianiA piccula ghjesgia parochjale d'Ampriani hè in cima di u paese. Hè dedicata à San Lorenzu, è a so festa hè u 10 d'aostu.

 

Secondu Monsignore Mascardi in visita pastorale in u 1589, à iss'època era dipendenza d'una ghjesgia San Sebastianu, posta in campagna. D'issa ghjesgia ùn si sà nunda ma esiste un locu chjamatu San Fabianu, longu a strada chì da u paese colla à u cunventu San Francescu d'Ampriani chì supraneghja u paese è tutta a valle. Fabianu è Sebastianu vanu sempre inseme è sò festighjati listessu ghjornu. Tandu si pò pensà chì quella ghjesgia San Sebastianu puderebbe esse situata in'ssu circondu, forse vicinu à u cunventu.

 

Pare chì u campanile di a ghjesgia San Lorenzu sia listessu sciappatu à quellu di u cunventu. Soca serà listessu maestru à avè lu fattu o rifattu.

 

Ampriani, cù a ghjesgia San LorenzuNant'à u muru à manca, una pittura raprisenta à San Michele Arcanghjulu chì pesa l'ànime. Forse si pò mette in lea cù a ghjesgia Santa Cicilia di u Poghju di Pianellu chì, prima di u 1696, era dedicata à San Michele, mentre chì San Petru di l'Ostricacce era parochjale, in tempi chì a parochja pigliava à Pianellu è à Ampriani inseme.

 


San Lorenzu, u campanileLa petite église paroissiale d'Ampriani est située dans la partie supérieure du village. Elle est dédiée à San Lorenzu, fêté le 10 août.

 

Selon Mgr Mascardi en visite pastorale en 1589, elle ne serait à l'époque qu'« annexe de l'église champêtre San Sebastiano, et située parmi les maisons ». Nous n'avons pas connaissance de cette église, mais un lieu-dit San Fabianu existe au-dessus du village, le long de la route qui en lacet rejoint le couvent San Francescu d'Ampriani qui surplombe le village et toute la vallée. Ces deux saints étant intimement liés et célébrés le même jour, on peut penser que l'église San Sebastianu pourrait se trouver en des lieux proches, peut-être du côté du couvent.

 

San Michele ArcanghjuluIl semble également que le clocher de l'église San Lorenzu ait été réalisé à l'image de celui du couvent. Aura-t-il été bâti par le même homme ?

 

Un tableau sur le mur gauche représente San Michele Arcanghjulu pesant les âmes. La présence de ce culte est peut-être un écho à celui de l'église du hameau de Poghju di Pianellu, qui avant de recevoir, sous le vocable de Santa Cicilia, le titre d'église paroissiale en 1696, était auparavant dédiée à San Michele, alors que l'église San Petru di l'Ostricacce portait le titre paroissial de Pianellu, la paroisse englobant à cette époque le village d'Ampriani.

 

 


 

 

 

 

 

Cunventu San Francescu, à Ampriani

U Cunventu d'AmprianiU cunventu di Zuani (ch'hè di fatti nant'à a cumuna d'Ampriani), hè di fama per esse statu u ritiru di San Teòfalu.

 

Biasgiu de Signori, Teòfalu in religione, hè natu u 30 d'ottobre 1676 in Corti. More u 21 di maghju 1740 in Fucecchio (Italia). Beatificatu in u 1896, hè fattu santu u 28 di ghjughju 1930 da papa Piu XI. Teofalu di Corti hè dunque un santu corsu, u solu di i tempi moderni. Festighjatu u 19 di maghju, conta frà i patroni di a Corsica.

 

A l'étà di 18 anni entre à u cunventu di i Franciscani di Corti (Minori di l'Osservenza). Parte dopu à Roma da esse seminaristu; hè fattu prete à Napoli di novembre 1740. Vittima d'un accidente, ne fermerà zoppu. E puru si cunsacreghja à a predicazione itinerente in Italia è dopu in Corsica; cum'è d'altronde à l'aiutu à i malati.

 

San Teòfalu, photo Gian Carlo Vivani - RomeIn la storia di l'Ordine di San Francescu, hè fermatu l'apostulu di i « ritiri », cunventi vicini da a vita ermìtica duve chì a regula franciscana hè seguitata rigorosa; i frati ci sceglienu d'esse à a limosina. In lu 1730 si ne torna in Corsica duv'ellu vole prumove a so idea. Malgadu l'opposte ci riesce creendu un primu ritiru in Zuani; ne ferà altr'è tantu in Campoloru rifurmendu u cunventu di Cervioni.

 

 


U cunventu d'Ampriani, vistu da ZuaniLe couvent de Zuani, qui en fait se trouve sur la commune d'Ampriani, est connu pour être une retraite de Saint Théophile de Corte.

 

Biasgiu de Signori, ou Théophile dans son exercice religieux, naît le 30 octobre 1676 à Corte, et meurt le 21 mai 1740 à Fucecchio en Italie. Béatifié en 1896 puis sanctifié le 28 juin 1930 par le pape Pie XI, Teòfalu di Corti est donc un saint corse, le seul de l'époque moderne. Fêté le 19 mai, il compte parmi les saints patrons de la Corse.

 

A l'âge de 18 ans, il entre au couvent des Franciscains de Corti (les Mineurs de l'Observance). Il part ensuite à Rome pour faire son séminaire, et il est fait prêtre à Naples en novembre 1740. Victime d'un accident qui le laissera boîteux, il se consacrera malgré tout à la prèche itinérante en Italie puis en Corse, autant d'ailleurs qu'à l'aide aux malades.   

 

Dans l'Histoire de l'ordre franciscain, il demeure l'apôtre des « retraites », couvents où la vie est quasi-érémitique et où la règle franciscaine est suivie avec rigueur, les frêres s'infligeant même la subsistance par l'aumône. En 1730 il revient en Corse où il cherche à promouvoir cette idée. Il y parvient malgré les oppositions, en créant une première retraite à Zuani, puis dans le Campuloru en réformant le couvent de Cervioni.

 

 

 

       
 

Santa Maria Nunziata à Zalana

Santa Maria Nunziata, in ZalanaAttuale ghjesgia parochjale di Zalana in u paisolu di a Belfasca, serebbe stata eretta nant'una antica cappella, ma risale à u XVIIIu seculu in quant'à a so struttura oghjinca.

 

In u 1927, ebbe omu à lampà i piani suprani di u campanile chì minacciavanu assai di falà si ne in pianu, è li si fece sopra un picculu cappellu à triangulu. Dipoi tandu, e campane stetenu in pianu, appiccate à dui raglii ficcati in a facciata, vicin'à a porta principale à manu manca.

 

 

Dipoi anni è anni, in associu cù l'ASDEZ è a Fondation du Patrimoine, a cumuna di Zalana mette in ballu lavori importanti da rinnuvà a ghjesgia, pezzi à pezzi. Anu capitu i Zalaninchi u valore è a ricchezza di i so edifizii religiosi, è ghjè cusì chì, cù u so rimenu è a so generosità, s'hè pussutu affermì u campanile sottu è sopra, riparà u tettu cù l'intempiatura, è infine innalzà in u 2010 un ultimu pianu à novu, chì e campane torninu puru à so locu, dopu tantu tempu.  

 


Santa Maria Nunziata, in ZalanaEglise paroissiale de Zalana située au cœur du hameau a Belfasca, elle a probablement été construite sur une ancienne chapelle et date du 18e siècle dans sa configuration actuelle.

 

En 1927, on dût démolir son clocher qui risquait de s'écrouler, et on le coiffa d'un dernier étage haut de quelques mètres seulement. Les cloches reposèrent depuis cette date sur des rails fixés à même la façade, à hauteur d'homme, à gauche de la grande porte.

 

La commune de Zalana en partenariat avec l'ASDEZ (Association pour la sauvegarde des églises de Zalana) et la Fondation du Patrimoine a entrepris depuis des années déjà d'importants travaux pour la rénovation de l'église, réalisés en tranches successives.

 

 

Santa Maria Nunziata, in ZalanaC'est grâce au dynamisme et à la générosité de la communauté de Zalana, consciente de la richesse de son patrimoine religieux, qu'on a ainsi pu consolider le sous-sol et le clocher, réparer les charpentes et la toiture, et enfin en 2010 reconstruire un dernier étage suffisamment haut et large pour y accueillir à nouveau les cloches, enfin revenues à leur place.


Santa Maria Assunta à Zalana

Santa Maria Assunta, in ZalanaLongu u stradò chì fala da Zalana à Tallone, s'infatta a cappella Santa Maria Assunta. Bella posta nant'una cresta in cunfine frà a valle di Bravona è quella di Cursigliese, si scopre da tanti lochi, ancu da l'altre parti à nordu di a pieve di a Serra.

 

Secondu G. Moracchini-Mazel, pare ch'ella sia stata eretta nant'un edifiziu romanicu o preromanicu, è impiega in e so mure unepoche di belle lastre medievale. Dopu averà patutu tante trasfurmazioni durante tanti seculi.

 

Monsignore Mascardi, in visita pastorale pè isse loche, ci indetta in u 1587 ch'ella tene sempre u titulu parochjale di Zalana, ma chì, per via di a distanza, a cappella romanica San Marcellu di u paisolu di u Pianellu, più vicina di e case, hè stata eretta in parochja (oghje ghjornu quessa ùn esiste più, hè parochja a Santissima Nunziata di a Belfasca).

 

In Santa Maria si celebrava quantunque a festa patrunale u 15 aostu, è sempre si face avà, cù messa è processione solenne, avviate fin'ùn hè tantu da canonicu Negroni, ch'averà spartutu a vita di a ghjente d'issi rughjoni dipoi più d'un seculu.

 

Natu u 23 d'aprile di u 1900 è ordinatu prete in u 1923, subitu li funu date e parochje di Zalana, Ampriani, Zuani, Pianellu è Tocchisu, è sempre ci predicò fin'à i so cent'anni. Poi si murì in u 2004, à l'età di 104 anni. Pensate appena quantu parenti, figlioli è figliulini averà ellu battizati, dati cumunione, maritati è fatti l'esequie !

 

I so funerali l'avia digià appruntati cù minuzia dipoi anni è anni, si capisce, è vulia chì a so messa fussi detta propriu in Santa Maria Assunta. Cusì fù fatta, secondu u so vulè.

 

Omu di caratteru è scherzaghjolu, ùn perdia un'occasione di fà sbilicà a ghjente in giru à ellu. Cusì durante u banchettu d'anniversariu di i so cent'anni, leghjì in publicu una longa puesia chì finia cusì « È pregu Madonna è Santi di dà mi ne astr’è tanti ! »

 

À noi altri cunfratelli ci vene in mente un'antra passata quandu chì, cumpiendu una ceremonia à u sonu di u Dio vi Salvi Regina, vidiamu à ellu chì aspettava senza un zittu è cù l'ochju maliziosu quell'ultime parolle « Eppoi l'eterna gloria in paradiso ». Poi ad alta voce, da chì ognunu senti, disse : « In paradisu sì, ma micca stasera ! »
 


Située sur une crête le long de la route allant de Zalana à Tallone, la petite église Santa Maria Assunta est visible de bien des endroits, jusqu'à l'autre versant de la vallée de la Bravona, partie opposée de la pieve di a Serra. Coté-sud, elle domine également toute la vallée de Cursigliese.

 

D'après G. Moracchini-Mazel, elle semble avoir été construite sur un édifice roman ou préroman, et remploie dans ses murs de nombreuses dalles de taille médiévale, avant d'avoir subi de nombreuses transformations au cours des siècles.

 

Mgr Mascardi, évêque d'Aleria en visite pastorale nous indique que Santa Maria Assunta conserve toujours en 1587 « le titre paroissial de Zalana, mais à cause de la distance, l'église San Marcello, près des maisons, a été érigée en paroisse (NDA : San Marcello, chapelle romane du hameau d’u Pianellu, disparue aujourd’hui a à son tour laissé son titre de paroisse à a Santissima Nunziata); on célèbre dans ce sanctuaire (NDA : c'est à dire Santa Maria Assunta) le jour de la fête ».

 

Aujourd'hui encore, cette fête y est célébrée le 15 août par la communauté de Zalana, lors d'une messe et une procession menées pendant tant d'années et jusqu'à peu par le chanoine Negroni, personnage indissociable de la vie de la région depuis plus d'un siècle.

 

Prete Negroni, di 1998Né en effet le 23 avril 1900, il fut ordonné prêtre en 1923 et reçut immédiatement les paroisses de Zalana, Ampriani, Zuani, Pianellu et Tocchisu où il exerça jusqu'à ses cent ans, avant de s'éteindre en 2004, soit à l'âge de 104 ans. On peut imaginer combien de générations de villageois il aura ainsi baptisées, communiées, mariées et enterrées ....

 

Depuis plusieurs décennies déjà, il avait préparé ses obsèques dans les moindres détails et désirait que la cérémonie de ses funérailles se déroulât en cette église Santa Maria Assunta de Zalana. Il en fût fait selon sa volonté.

 

Personnage malicieux et haut en couleurs, il ne perdait jamais une occasion de faire rire son auditoire. Ainsi, lors de la cérémonie anniversaire de ses cent ans, il dit une poésie qui finissait par « È pregu Madonna è Santi di dà mi ne astr’è tanti ! ».

 

Nous, confrères, retiendrons de lui cette autre anecdote où, achevant une cérémonie aux sons du Dio vi salvi Regina, nous le vîmes silencieux et sourire en coin, attendant patiemment la fin des mots « Eppoi l'eterna gloria in paradiso ». Puis, bien haut et afin que tout le monde entende, il répliqua : « In paradisu sì, ma micca stasera ! »

 

 

 

 

 

 
 

 

San Cesariu à Tallone

San Cesariu, in TalloneDi u XVIIu o XVIIIu seculu, a ghjesgia parochjale di Tallone hè dedicata à San Cesariu di Terracina (cità taliana di u Laziu), diaconu martirizatu nù u 1u seculu, è festighjatu u 1u di novembre.

 

Ma sò parechji i santi à chjamà si cusì, u più importante hè San Cesariu di a cità francese d'Arles, vescu mortu in u 543 è festighjatu u 27 d'aostu. Pare ch'in Tallone ci sia nata a confusione frà l'unu è l'altru qual'hè chì sà quandu, postu chì à l'altare maestru ci si pò vede dipintu quellu diaconu di Terracina, invece chì a festa patronale vene fatta u 27 d'aostu.

 

Monsignore Mascardi anch'ellu ci dice chì nù u 1589, hè propriu u diaconu è micca u vescu à esse celebratu in Tallone, u 1u di novembre cum'è di regula, in sta ghjesgia chì à quell'epoca hè ghjustu un picculu edifiziu romanicu. È puru oghje, ùn ci hè nimu chì s'arricordi di sta data inguernale cum'è festa di u paese.

 

Confusioni cusì ci sò ancu altrò (vede San Vincente in Pianellu), è à spessu nascenu dopu l'abbandonu d'un cultu durante tempi longhissimi, fin'chè omu si ne scordi à u tuttu. Quì si pò pensà chì u ghjornu di i Tutti i Santi, festa magiore di l'almanaccu catolicu, abbia assupranatu dipoi parechji seculi quellu di a festa di u diaconu. Forse chì dopu, vulendu omu rende a festa patronale à u so paese, si serà sbagliatu di santu, scegliendu u 27 d'aostu.

 

Fattu si stà chì a ghjesgia San Cesariu ripigliò, à u XVIu seculu, u titulu di l'antica pievania d'Opino, dedicata in quelli tempi à San Ghjuvanni Battista, è quellu chì ci dicia a messa u chjamavanu « plebanus », vale à dì piuvanu.

 

Secondu G. Moracchini-Mazel ma ùn emu trovu à nimu in paese chì possi confirmà sti fatti, e ruvine di l'antica pievania serebbenu in u locu dettu a Pieve, per ste piaghje di a Pianiccia, vicin'à a cappella San Pancraziu di e Petraghje è sott'à un poghju chjamatu Punta di San Ghjuvanni, à mez'à e vistiche d'una cità romana mai scavata chì puderebbe esse quella d'Opino, antica cità di l'Opinoi, populu stallatu quindi bellu prim'à Roma è a Cristianizazione.

 

A pieve d'Opino ùn cuntava più chè Tallone cum'è solu paese in u XVIu seculu, ma tempi passatoni, pare sicura ch'ella fussi stata assai più larga (Monsignore Agostino Giustiniani ci indetta ch'ella falava fin'à toccà u mare), è forse ne fecia parte quella cità romana in piaghja di a Bravona, un altra di maiò importanza cù Aleria.

 


Sans doute datée du 17e ou 18e siècle, l'église paroissiale de Tallone est dédiée à San Cesariu di Terracina, diacre martyrisé au 1er siècle et célébré le 1er novembre.

 

San Cesariu diaconu lampatu in mare, ghjesgia di TalloneMais il existe plusieurs autres saints du même nom, notamment le plus important, Saint Césaire d'Arles, évêque mort en 543 et fêté le 27 août. Il semble qu'une confusion ait eu lieu à une certaine époque entre les deux saints puisque, alors que le tableau du maître-autel représente bien le diacre de Terracina jeté à la mer, on fête de nos jours à Tallone le saint-patron le 27 août.

 

Le témoignage de Mgr Mascardi nous confirme bien le culte du saint diacre en 1589, et non celui de l'évêque, ainsi que sa fête patronale le 1er novembre, dans cette édifice qui à l'époque n'est qu'une petite église romane. Aujourd'hui pourtant, aucun témoignage ne fait référence à une quelconque fête patronale à cette date.

 

Ce genre de confusion n'est pas rare (voir San Vincente à Pianellu), et est souvent dû à l'abandon d'un culte pendant une très longue période, provoquant son oubli. En l'occurence, il est fort probable que la fête de la Toussaint, majeure dans le calendrier catholique, ait supplanté celle du saint patron depuis plusieurs siècles, provoquant bien plus tard l'adoption, par confusion, de la date du 27 août comme fête patronale.

 

Au 16e siècle, cette église San Cesariu reprit le titre de l'antique piévanie d'Opino, dédiée alors à San Ghjuvanni Battista, le desservant ayant quant à lui reçu le titre de piévan ou « plebanus ».

 

D'après G. Moracchini-Mazel mais sans qu'aucun témoignage oral ne vienne le confirmer, les ruines de l'antique piévanie se trouveraient en plaine de Pianiccia, tout près de la chapelle San Pancraziu di e Petraghje et au pied d’un petit sommet d'ailleurs nommé Punta di San Ghjuvanni, au lieu-dit a Pieve, parmi les vestiges d'une antique cité romaine non encore fouillée, qui pourrait être celle d'Opino et des Opinoi, peuple installé avant la christianisation et avant Rome.

 

Ne comptant plus à cette époque (le 16e siècle) que Tallone comme seul village, la pieve d'Opino dut être auparavant beaucoup plus vaste puisque, selon Mgr Agostino Giustiniani, elle allait jusqu'à la mer, englobant peut-être cette autre cité romaine d'importance, avec Aleria, située dans la basse vallée de la Bravona.

 

 

 

 

 

San Pancraziu di e Petraghje, à Linguizzetta

San Pancraziu di e PetraghjeHè una cappelluccia à u sboccu piaghjincu di a valle di Bravona, à e cunfine di e trè cumune di Tocchisu, Tallone è Linguizzetta, in fatti nant'à u territoriu di quest'ultima.

 

 

 

 

 

 

San Pancraziu, messa u 12 di maghjuSi festighjeghja sempre u santu u 12 di maghju è ci hè una bella accolta veranile chì, à i tempi, sonava l'ora di a prossima muntagnera.

 

Grazia à tutti quelli chì piglianu cura di u locu; in particulare a famiglia Vanucci.   

 

 

 


C'est une petite chapelle située dans la zone de plaine de la vallée de la Bravona, aux limites des trois communes de Tallone, Tocchisu et Linguizzetta, mais en fait sur la commune de cette dernière.

 

On y fête toujours Saint Pancrace le 12 mai, lors d'un beau regroupement printanier qui marquait autrefois le temps du départ pour les prochaines transhumances.

 

Saluons tous ceux qui entretiennent ce lieu année après année, notamment la famille Vanucci