Nos églises / E ghjesge

Retour à la carte » | Retour à la liste »

Cunventu San Francescu, à Ampriani

U Cunventu d'AmprianiU cunventu di Zuani (ch'hè di fatti nant'à a cumuna d'Ampriani), hè di fama per esse statu u ritiru di San Teòfalu.

 

Biasgiu de Signori, Teòfalu in religione, hè natu u 30 d'ottobre 1676 in Corti. More u 21 di maghju 1740 in Fucecchio (Italia). Beatificatu in u 1896, hè fattu santu u 28 di ghjughju 1930 da papa Piu XI. Teofalu di Corti hè dunque un santu corsu, u solu di i tempi moderni. Festighjatu u 19 di maghju, conta frà i patroni di a Corsica.

 

A l'étà di 18 anni entre à u cunventu di i Franciscani di Corti (Minori di l'Osservenza). Parte dopu à Roma da esse seminaristu; hè fattu prete à Napoli di novembre 1740. Vittima d'un accidente, ne fermerà zoppu. E puru si cunsacreghja à a predicazione itinerente in Italia è dopu in Corsica; cum'è d'altronde à l'aiutu à i malati.

 

San Teòfalu, photo Gian Carlo Vivani - RomeIn la storia di l'Ordine di San Francescu, hè fermatu l'apostulu di i « ritiri », cunventi vicini da a vita ermìtica duve chì a regula franciscana hè seguitata rigorosa; i frati ci sceglienu d'esse à a limosina. In lu 1730 si ne torna in Corsica duv'ellu vole prumove a so idea. Malgadu l'opposte ci riesce creendu un primu ritiru in Zuani; ne ferà altr'è tantu in Campoloru rifurmendu u cunventu di Cervioni.

 

 


U cunventu d'Ampriani, vistu da ZuaniLe couvent de Zuani, qui en fait se trouve sur la commune d'Ampriani, est connu pour être une retraite de Saint Théophile de Corte.

 

Biasgiu de Signori, ou Théophile dans son exercice religieux, naît le 30 octobre 1676 à Corte, et meurt le 21 mai 1740 à Fucecchio en Italie. Béatifié en 1896 puis sanctifié le 28 juin 1930 par le pape Pie XI, Teòfalu di Corti est donc un saint corse, le seul de l'époque moderne. Fêté le 19 mai, il compte parmi les saints patrons de la Corse.

 

A l'âge de 18 ans, il entre au couvent des Franciscains de Corti (les Mineurs de l'Observance). Il part ensuite à Rome pour faire son séminaire, et il est fait prêtre à Naples en novembre 1740. Victime d'un accident qui le laissera boîteux, il se consacrera malgré tout à la prèche itinérante en Italie puis en Corse, autant d'ailleurs qu'à l'aide aux malades.   

 

Dans l'Histoire de l'ordre franciscain, il demeure l'apôtre des « retraites », couvents où la vie est quasi-érémitique et où la règle franciscaine est suivie avec rigueur, les frêres s'infligeant même la subsistance par l'aumône. En 1730 il revient en Corse où il cherche à promouvoir cette idée. Il y parvient malgré les oppositions, en créant une première retraite à Zuani, puis dans le Campuloru en réformant le couvent de Cervioni.