Nos églises / E ghjesge

Retour à la carte » | Retour à la liste »

Cunventu San Francescu à Matra

Cunventu San Francescu di Matra. Daretu ci hè Moita.Hè un cunventu d'Osservanza dedicatu à a Vergine Santa, fundatu in u 1642, secondu l'archivii di a cumuna. U so valore era circa 3000 lire. Avia u so giardinu, una vigna cù unepoche di terre chì in tuttu valianu 2579 lire.

 

À l'iniziu u capipruvincia era Patre Giovanni di Tallà. E prime annate funu belle felice ma, per via d'una bolle scritta da u Papa Innocente X in u 1652 in u scopu di caccià i cunventi più chjuchi, ebbe da chjode fin'à u 1669, quandu chì u Patre Giovanni di Campuloru ottenì da a Sacra Cungregazione a grazia di ripiglà lu.

 

Era un casamentu sodu, di bunissima faccenda è architettura. A ghjesgia avia sette cappelle chì ognuna si pudia vede da u sugliare di a porta. In una ci era una statula in marmaru di Sant'Antone Abbate fatta, à ciò chì paria, da qualchì scultore di prima trinca. L'altare maestru cù i so gradini, u tabernaculu, i sopraporta, tuttu era di marmaru. Di tutte st'opere ùn ferma più nunda.

 

Quella statula di Sant'Antone Abbate si sà oghje ch'ella stà in ghjesgia San Simeone di Moita. Sapemu dinù chì una statula di Sant'Antone di Paduva stà in ghjesgia San Ghjuvanni Battista di Tocchisu.

 

À tocca tocca cù u cunventu, a ghjesgia arruvinata, sottu titulu di Santa Maria, avia a so arca induve tanti Maturinchi dumandavanu à esse seppelliti, in i tempi.

 

Nant'à stu sugettu, Carlu Ghjuvanni Giordani mintuveghja, di ghjugnu di u 1985 nù l'archivii cumunali, un testamentu scrittu u 15 di ferraghju di u 1783 da u ben'di Giordani Francescu Antone dettu Tattone, chì dumanda à esse seppellitu in ghjesgia di u cunventu di Matra, nant'una tola è in un catalettu dipusitatu in l'arca, in presenza di i so dui figlioli ch'anu l'obbligu di fà celebrà novanta messe per u riposu di a so anima, durante l'annata dopu a so morte.
 

 


Couvent d’Observance dédié à la Sainte Vierge, vraisemblablement fondé en 1642, selon les archives communales les plus anciennes. On apprend encore qu'« il fut estimé à 3000 livres. Il possédait un jardin, une vigne et des terres valant en tout 2579 livres.

 

Le Provincial au début fut le père Giovanni de Tallano. Les premières années furent heureuses, mais une bulle d'Innocent X datée de 1652 ayant supprimé les petits couvents, il resta fermé jusqu'en 1669. A cette date le père Giovanni de Campoloro obtint de la Sacrée Congrégation la grâce de le reprendre.

 

C'était un édifice solide, d'une excellente architecture. Il y avait deux dortoirs et pouvait contenir sept religieux et même plus. L'église avait six chapelles que l'on apercevait à la fois de la porte d'entrée. Dans l'une d'elle on remarquait une statue de Saint Antoine en marbre, qui paraissait être l'œuvre d'un sculpteur habile. Le maître-autel, ses marches, le tabernacle, le linteau des portes étaient en beau marbre. Il ne reste plus rien de tous ces objets d'art. »

 

On sait aujourd'hui que cette statue en marbre de Sant'Antone Abbate est sans aucun doute celle présente dans l'église San Simeone di Moita. On sait aussi qu'une statue de Sant'Antone di Padua se trouve aujourd'hui en l'église San Ghjuvanni Battista di Tocchisu.

 

Attenante au couvent, l'église en ruine était dédiée à Sainte Marie. Elle possédait une fosse commune ("arca") ou de nombreux Maturinchi demandaient à être ensevelis.  En juin 1985, Charles-Jean Giordani complète les archives communales en nous donnant cette indication :

 

« Qu'il me soit permis cette anecdote : nous possédons un testament daté du 15 février 1783. C'est celui de feu Giordani François Antoine dit Tattone, par lequel il demande à être enterré (seppelitu) en l'église du couvent de Matra sur "tola" et dans le "catalettu" avant d’être déposé dans "l'arca", ceci en présence de ses deux fils qui étaient tenus de faire célébrer "nonanta" (quatre-vingt dix) messes pour le repos de son âme dans l'année qui suivrait son décès. »