Nos églises / E ghjesge

Retour à la carte » | Retour à la liste »

San Simeone à Moita

San Simeone di MoitaCum'è basi tutte e ghjesge di Corsica, a ghjesgia parochjale San Simeone di Moita hè di stile baroccu. Ristorata à bè nù l'annate 1990, hè un tesoru risanatu di pitture di a scola corsa di u XVIIIu seculu. Ci si trova opere di De Grandi è di Carli, secondu u ricensu fattu da M.E Nigaglioni.

 

Ma l'opera a più bella serà a statula in marmaru di Sant'Antone Abbate, chì à l'orìgine venerebbe da u cunventu di Matra. Serebbe stata chjappa da i paisani in tempi di a Rivoluzione, è serebbenu scuppiate ancu e fucilate ... 

 

A storia di u campanile anch'ella hè da cuntà : Listessu sciappatu à quellu di a Porta d'Ampugnani per i primi dui piani, serebbe statu erettu, secondu a memoria à bocca, da un certu Baina chì, appuntu, travagliava à listessu tempu nant'à i dui edifizii, un pianu quì, un pianu culà. Ma compiu ch'ellu ebbe quellu di a Porta, cascò è si ne murì, è cusì l'ultimu pianu moitincu u fece un antru, è per ciò hè sferente. 

 

San Simeone di Moita, cù u so campanileFattu si stà chì, s'omu feghja appena certe date da vicinu, u mortu di a Porta ... averebbe spusatu a figliola di u Rè Tiadoru, qualchì tempu dopu ...

 

Sia cum'ella sia, u stalvatoghju permette di mette più o menu una data nant'à l'edificazione di u campanile, postu chì Domenico Baina travagliò in Corsica da u 1695 fin'à u 1732 (Dizziunariu Storicu di a Corsica, A.L. Serpentini, p.91), almenu ch'ellu fussi u figliolu Matteo, stuccadore è pittore da decorazioni, à fà la.

 

Da una croce hè signalatu dinò u ghjornu di a vìsita di Patre Albini in paese, in missione di predicazione nant'à a richiesta di u Maresciallu Morandini, barone d'Imperu. Allugiati à u cunventu di Vicu, i patri Albini è Telmon principionu a so missione cù Moita, l'11 aostu di u 1836, è cusì vense posta issa croce, in solenne ceremonia.

 

Accant'à quella croce ci hè una surgente chì e so onde averebbenu certe virtù miraculose per curà l'ochji.


 


San Simeone, in MoitaL’église paroissiale San Simeone de Moita est comme la quasi totalité des édifices religieux de Corse de type baroque. Sa restauration débutée dans la décennie 1990 est une réussite, car l’édifice a retrouvé de sa superbe. Cette église regorge de nombreux trésors picturaux de l’école corse du 18ème siècle. En effet on y trouve des toiles de peintres comme De Grandi et Carli, comme l’a montré l’étude de Michel-Edouard Nigaglioni.

 

Une des plus belles pièces de l’édifice est sans doute la statue de marbre de Sant’Antone Abbate. A l’origine, elle aurait appartenu au couvent de Matra. Les paroissiens l’auraient récupérée, à la révolution, en la dérobant « à coups de fusils ».

 

San Simeone, suffittu di a ghjesgia di MoitaSon histoire, un peu rocambolesque, n’est pas sans rappeler celle du clocher, qui est la copie conforme de celui de a Porta d’Ampugnani, en ce qui concerne les deux premiers étages. En effet d’après la mémoire collective, il serait l’œuvre d’un dénommé Baina qui édifiait simultanément les deux édifices, étage après étage. Après avoir achevé son ouvrage à a Porta, il serait mort d'une chute, c’est pourquoi le troisième étage de Moita, édifié par un autre, est d’un style différent.

 

Après rapprochement de certaines dates, il est à noter que  le sieur Baina serait mort à a Porta d’Ampugnani après avoir fini le clocher ... et aurait épousé par la suite la fille du Roi Théodore !

 

Quoi qu'il en soit, cette histoire permet de dater approximativement le clocher car l’activité de Domenico Baina est attestée en Corse de 1695 à 1732 (Dictionnaire Historique de la Corse, Antoine Laurent Serpentini, p.91), à moins que le constructeur ne soit son fils Matteo, stucateur et peintre décorateur dans l’île.

 

Patre AlbiniMoita possède aussi, à son entrée nord, une croix qui rappelle le passage du Padre Albini, venu à l’instigation du Maréchal Morandini, baron d’Empire, en  mission de prêche. Installés au couvent de Vicu, les pères Albini et Telmon commencent en effet leur première mission à Moita, le 11 août 1836, mission couronnée par la plantation de cette croix.

 

A côté de celle-ci se trouve une source à laquelle on prête un pouvoir miraculeux dans le domaine ophtamologique.