Nos églises / E ghjesge

Retour à la carte » | Retour à la liste »

Santa Maria Nunziata à Zalana

Santa Maria Nunziata, in ZalanaAttuale ghjesgia parochjale di Zalana in u paisolu di a Belfasca, serebbe stata eretta nant'una antica cappella, ma risale à u XVIIIu seculu in quant'à a so struttura oghjinca.

 

In u 1927, ebbe omu à lampà i piani suprani di u campanile chì minacciavanu assai di falà si ne in pianu, è li si fece sopra un picculu cappellu à triangulu. Dipoi tandu, e campane stetenu in pianu, appiccate à dui raglii ficcati in a facciata, vicin'à a porta principale à manu manca.

 

 

Dipoi anni è anni, in associu cù l'ASDEZ è a Fondation du Patrimoine, a cumuna di Zalana mette in ballu lavori importanti da rinnuvà a ghjesgia, pezzi à pezzi. Anu capitu i Zalaninchi u valore è a ricchezza di i so edifizii religiosi, è ghjè cusì chì, cù u so rimenu è a so generosità, s'hè pussutu affermì u campanile sottu è sopra, riparà u tettu cù l'intempiatura, è infine innalzà in u 2010 un ultimu pianu à novu, chì e campane torninu puru à so locu, dopu tantu tempu.  

 


Santa Maria Nunziata, in ZalanaEglise paroissiale de Zalana située au cœur du hameau a Belfasca, elle a probablement été construite sur une ancienne chapelle et date du 18e siècle dans sa configuration actuelle.

 

En 1927, on dût démolir son clocher qui risquait de s'écrouler, et on le coiffa d'un dernier étage haut de quelques mètres seulement. Les cloches reposèrent depuis cette date sur des rails fixés à même la façade, à hauteur d'homme, à gauche de la grande porte.

 

La commune de Zalana en partenariat avec l'ASDEZ (Association pour la sauvegarde des églises de Zalana) et la Fondation du Patrimoine a entrepris depuis des années déjà d'importants travaux pour la rénovation de l'église, réalisés en tranches successives.

 

 

Santa Maria Nunziata, in ZalanaC'est grâce au dynamisme et à la générosité de la communauté de Zalana, consciente de la richesse de son patrimoine religieux, qu'on a ainsi pu consolider le sous-sol et le clocher, réparer les charpentes et la toiture, et enfin en 2010 reconstruire un dernier étage suffisamment haut et large pour y accueillir à nouveau les cloches, enfin revenues à leur place.