Nos églises / E ghjesge

Retour à la carte » | Retour à la liste »

San Vincente à Pianellu

San VincenteSi tratta d'una capella rumanica, fora à paese, chì hè stata abbandunata un tempu. In lu 1589, Monsignore Mascardi in visita in Pianellu dice ch'ella hè meza trafalata è di fatti, oghje ghjornu li manca a so àssita. Hè cusì chì l'edifiziu hà persu a so orientazione simbòlica da punente (= morte) à levente (= lume di u Cristu = vita), orientazione cumuna à l'architettura religiosa di l'epica.

 

In tempu di a so reabilitazione, hè stata forse pè cumudità chì l'entrata vera hè stata tuppa è s'hè pensatu tandu di prufittà di l'apertura assitiale per fanne a porta nova.

 

L'abbandonu di u cultu per ùn si sà quantu tempu, averà forse messu a cunfusione trà i santi da festighjà. Si sà chì u nostru rughjone, di sicuru trà i primi in Corsica à esse statu cristianisatu, propone à a devozione solu santi primitivi.

 

Prucessiò per San Vincente, versu u 1970A stranità vene da chì San Vincente Ferrer, un dominicanu di u seculu XV, sia onoratu in Pianellu. Si pensa logicamente chi à l'origine un altru San Vincente spagnolu, quellu diàconu di u seculu IV, sia statu quellu veneratu. A tradizione orale a cunfermeria mintuvendu u ghjornu di u 22 di ghjennaghju pè a festa vera di u santu; festa attempata per scelta à u 20 d'aostu per chì e famiglie pasturecce, tandu inmuntagnate, possinu esse presente (a festa vera di San Vincente Ferrer esssendu à u mese d'aprile).

 


San Vincente, messa cù u vescu, Mgr BruninSan Vincente est une chapelle romane, éloignée du village, qui resta longtemps abandonnée. Monseigneur Mascardi en visite pastorale à Pianellu nous indique en 1589 qu'elle est à moitié en ruine, et de nos jours en effet, il lui manque son abside. C'est donc au moment de sa réhabilitation qu'ella a perdu son orientation symbolique d'ouest (= la mort) en est (= la lumière du Christ, la vie), commune à l'ensemble de l'architecture religieuse de l'époque.

 

C'est sans doute par commodité que l'entrée véritable à l'ouest fût alors bouchée et que l'on pensa profiter de l'ouverture absidiale à l'est pour en faire une nouvelle porte.

 

Après la procession, la bannière est symboliquement vendue aux enchèresL'abandon du culte, on ne sait pendant combien de temps, fût peut-être également la cause d'une confusion entre les saints à fêter. Comme nous le savons, notre microrégion, sans aucun doute parmi les toutes premières en Corse à avoir été christianisées, ne propose à la dévotion que des saints primitifs. Il est surprenant que Saint Vincent Ferrier, un dominicain du XVème siècle soit vénéré à Pianellu.

 

Il est plus logique de penser qu'à l'origine, un autre Saint Vincent, espagnol et diacre du IVème siècle put être vénéré avant lui. Ceci serait confirmé par la tradition orale qui indique le 22 janvier comme fête véritable du saint, fête déplacée volontairement le 20 août afin que les familles de bergers, alors dans les pacages des montagnes de Pianellu, puissent y être présentes (la fête de Saint Vincent Ferrier étant au mois d'avril).