Entre mer et montagne / Da monti fin'à mare

 

L’espace confraternel : A pieve di a Serra 

 


 

 


 

Casa di paeseUna valle suminata à paesi, sottuposta à a Punta di e Caldane da più di 1700m in altu, è cù un sboccu piaghjincu versu levante, eccu a pieve di a Serra.

 

Lochi muntagnoli è piaghjinchi à tempu, lochi di pastori dipoi i tempi neolìtichi, terre d'impiantu cristianu primitivu, oghje a pieve pate forte spupulamentu, quant'è mai in a so storia. 

 

A Cunfraterna vene attestata à u 15u seculu ma a so esistenza serebbe ancu più anziana in lu Medievu.

 

 

 

A pieve di a Serra est une vallée parsemée de villages, une dizaine, avec un débouché sur la plaine littorale. Le village le plus élevé, Pianellu se situe à 1000 m d’altitude, sous la Punta di e Caldane qui culmine à environ 1700m. La haute vallée, a Serra, est un balcon sur la vallée de la Bravona débordant sur celle du Corsigliese, où sont localisés les villages de Zuani et d’Ampriani. Partant de Pianellu, en empruntant une route sinueuse à l’adret, on rencontrera successivement les villages de Matra, avec sa mine de réalgar, de Moita, village du baron d’Empire Morandini et du conventionnel Andrei, Campi et Tocchisu, dont le nom a pour origine les pierres qui surplombent le village. Face à eux, à l’ubac, se localisent les villages de Zalana, et de Tallone. Les villages de Tallone et Tocchisu, portes de la vallée ouvrent leurs territoires sur la plaine d’Aleria, la mer Tyrrhénienne et les étangs de Diana.

 

C’est donc un espace insulaire, rural où s’inscrit la complémentarité plaine-montagne que le pastoralisme a façonné depuis le néolithique. C’est donc un lieu marqué par la beauté naturelle, mais aussi par la rudesse de la vie.


Aujourd’hui, ce territoire urbanisé dans sa partie littorale sur la commune d’Aleria, est pour l’essentiel fortement marqué par la déprise, en particulier en montagne, car sa densité moyenne avoisine les 2 hab/km2, et sa pyramide des âges est inversée.
Le peuplement y est très ancien, attesté par les fouilles archéologiques d’Aleria qui l’inscrivent dans l’Histoire 8000 ans avant JC et un lieu de christianisation primitive puisque le musée d’Aleria possède le témoignage le plus ancien : un tesson d’une lampe à huile, avec une ancre cruciforme datée du 3ème siècle.

 

Ce territoire se définit comme espace confraternel depuis le Moyen-Âge. L'existence de la Confrérie est attestée depuis au moins le XVème siècle, avec des archives qui elles ne remontent qu’à 1696. La partie centrale d’un triptyque représentant des confrères et visible en l’église Sainte Cécile de Pianellu atteste d’une présence plus ancienne puisque le figuré représente des « Battuti », des flagellants très présents au XIVème siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page