Editorial / Ragiunendu - 29/04/2013

Stu quandu si fù

Stu quandu si fù, ebbi l’occasione di leghje qualcusella in fatti di decrescenza economica. L’articulu punia a quistione d’un novu paradigma culturale da oltrepassà u sistema capitalista è anzi tuttu, i mudelli attuali di ripresentazione di u mondu. L’ogettivu essendu di prumove l’idea d’un salvamentu di l’Umanità per mezu d’una cunsumazione indivudualmente autolimitata di e risorse naturale.

 

A critica hè dunque quella di a supranità capitalista neoliberale chì a si sente d’impone à tutti u so mudellu di civiltà. Un pensamentu unicu è universale serebbe di crede chì u benistà si metti in l’ublicazione per ognunu d’esse cunsumadore sempre più.

 

U ragionu cunduce per sicuru à ripensà u cuncettu di mudernisimu ; ellu stessu ereditatu da e revuluzione scentifiche è pulitiche di i seculi passati.

 

Copernicu, Galileu anzi tuttu è Descartes, seranu stati i primi à avè ci lasciatu pensà à qualchì superiorità nant’à l’antichi. Hè cusì d’altronde, chì l’idea di prugressu si stabilisce second’una logica cronologica purtenduci à una posteriorità chì serebbe sempre più cumpiita. A revuluzione francese ma ancu puru e rivolte corse di u listessu seculu, porghjenu à quellu aspettu tecnicu, u sviluppu di l’idee nove è di l’Illumisimu.

 

L’accolta di quelle andature scentifiche, filosofiche è economiche, custituisce per guasi tutti u fundamentu di l’evoluzione umana. Segondu i listessi pensamenti, u metudu d’organisazione sucetale chì no campemu, li ferebbe da sboccu naturale.

 

Di fatti, persuasi d’un avanzamentu ghjuntu à i so fini, unepochi credenu ancu chì u puntellu egemonicu di l’ideologia capitalista neoliberale sia logicamente da prisentà cum’è a fine di a Storia.

 

In la ricerca, spessu scuragita, di qualchì alternativa à u mudellu stabilitu, si prova oghje à ridefinisce ciò ch’ellu serebbe un omu. U puntu di partenza hè dunque da pensà cum’è un fattu d’intruspezzione chì ci porti sin’à i trefondi di l’Esse. A soluzione, s’ellu ci ne fussi una, serebbe dunque di sorte da una visione tecno-industriale materialista d’altronde pigliata in contu tantu da l’analisi liberale chè da quella socialista.

 

Per figurà l’angoscia cuntempuranea, u penseru di l’« essezza » hè di fatti una manifestazione antropologica di u postmudernisimu ; una ricerca d’un mudellu novu d’Umanità.

 

Dettu quessa, ciò chì stupisce u più, hè chì l’Omu oghjincu in cerca d’ellu stessu ne ghjunga à rifrenziassi segondu mudelli di vita è visioni di u mondu cacciati da populi chjamati « primi ». Intendimuci bè ! I nostri amicacci pigmei, serebbenu elli à indettacci ciò chì no simu daveru. È noi à conti fatti, figlioli di u scentisimu, impalaficcati in le nostre certezze fatte à conti sapienti, ne serebbemu à i punti di piglià lezziò da quelli ch’ùn averebbenu ancu pisatu u capu ? Quelli chì ne sò sempre à caccighjà u topu in le selve africane quandu chì unepochi anu digià allacciatu a luna !?

 

Parenu fole ma l’Omu dopu avè tantu viaghjatu face cum’è l’acqua chì torna in li so lochi. L’avemu visti noi i pigmei ! Ci simu andati in le fureste camerunese ! È ciò chì n’amparaimu tandu, messi chì no eramu di front’à u spechju di ciò chè no simu, l’amparaimu nant’à noi stessi. Sin’à tandu, à piglià i mendi di calacci addossu un sguardu sbagliatu, ùn sapiamu mancu più induve no stavamu di casa.

 

I vogliu ringrazià i nostri cumpagni straziati. Ci anu addirizzatu di cervellu senza mancu chì no a sapessimu. Elli i malavviati, ghjastemati da tutti, bianchi è neri, li si dumanda oghje d’andà à e scole d’un mondu chì ùn hè soiu. S’ella li dura, ampareranu à leghje è a scrive da capisce megliu ciò ch’elli ùn seranu mai più. Cuntradizzione maestra d’una civiltà glubbalizata chì i si piglia da mudelli è attempu i travarieghja. Ma ditemi voi ciò chì ne serà d’un pigmeu accasatu longu à i stradoni, luntanu da a fundezza mistica di a so furesta ?

 

U sguardu ch’omu cala nant’à sè, ùn s’ampara à e scole, s’ella ùn hè quella di a libertà vera. A lezziò fattaci à u Camerun, fighjemula prima segondu u sensu propiu di a parolla « sguardu ». U prefissu «s» hè da capisce in la so definizione d’intensità. U radicale venutu da u francone significheghja « stà in guardia ».

 

U passu etimologicu serebbe di poca primura s’ellu ùn ci dicia, per mezu di qualchì semantica piatta, di curà ciò chì ci puntella è ci face ; d’avè l’inviglia di noi stessi. Cusì, si volta à l’idea d’intruspezzione ma per quellu fine, l’antropologia si vole veste d’esotisimu. Persuasa d’ùn truvà più forme d’arcaisimu pè i nostri lochi civilizati, li tocca à visticà luntanu in Asia, in le Meriche o qual’hè chì sà duve pè ste cunfine africane.

 

Cusì fecemu noi !

 

Ciccichi di mudernisimi, ghjunsemu dunque in quelle contrate landane. Ci si paria una forma di dicentramentu sin’à à ghjunghjene à l’orli di l’umanità, quella ch’omu si scorda guasi o ch’omu feghja cum’un ricordu tricaticciu di ciò chì si fù. Ci si paria d’esse partuti pè qualchì campagna archeologica d’oltreterra cù u penseru di scavà « l’omu totale ».

 

Ecculu quì, staccatu da i soi, fighjenduci ghjunghje guasi à pasponi ! « Ma chì cercheranu ciò ch’elli ùn troveranu mai ? » si disse forse quellu. Sin’à discorre, u magu avia in l’idea ciò chì si pensa in la furesta di i ghjunghjiticci ; moltu più s’elli sò bianchi è s’elli pacanu per una affaccata. Di fatti, cù l’intramessa di i bantù (un etnia nera di u locu), u nostru rumantisimu merimeanu ci era costu un centu d’euri da pudelli vede. Ghjunta l’ora anu dunque ballatu è cantatu secondu l’usanze turistiche.

 

À conti fatti, m’arreca vergogna quella sgalapatezza à ùn pudelli abbraccià cum’elli sò. Ci hè vulsutu à parlà da ch’elli ci cunnoschinu. Almenu a pensaimu cusì è, parolla parolla, ci avvissemu chì no eramu sott’à u listessu celu. U sguardu ch’i no li volsimu calà, pianu l’anu toltu cum’ellu si torce l’acque di e canalette. Addirizzatu ch’ellu fù, innacquò i vighi dissuchjati di a nostra essezza offesa. Quella da corsi ch’omu pensa riacquistata da ch’ella si discitò l’identità qualchì decenniu fà.

 

Una identità stroppia da ùn esse ciò ch’omu hè. Una identità ghjustu per fà figura è amparà à ghjastimà, à vituperà u mudellu supranente ch’omu cundanna ma ch’omu cinghje à tutti patti. À i punti di l’arburu dirradicatu chì cerca à fà fronda, cusì ci dissuchjemu pianamant’è bè !

 

L’Omu Totale hè quellu arradicatu à a so terra. Ùn hà ancu à pate i fenomini distrutturanti di a mudernità periurbana. D’altronde, u locu ùn lu campa solu da « topos » ma ancu di manera astratta cum’è fattu di cultura fonda. Venutu da i tempi landani, hè digià l’Omu Novu di a postmudernità. Quellu imaginatu da i teorichi di l’antropologia culturale chì ne ghjunghjenu à pensà ch’ellu « ùn ci hè separazione trà l’urganisimu umanu è u so ambiente ».

 

À discorre cù u magu ci vole à scatavogliesi da tante vesture finte. Tocca à calacci un sguardu d’esamine è finisce per capì ch’ella ùn basta à parlà u corsu per fà da corsi. Chì a lotta linguistica vene inderna s’ella hà i so termini in qualchì studiu à gallu di lessiculugia. Per fine, ci scorderebbemu da sin’à i sottustrati spirituali ch’anu da sempre puntellatu u pensamentu.

 

Di fatti, u magu pigmeu hè u signadore corsu attu à dì « quì sò nant’à mè (1) ». À u spechju di e so sumiglie, sò tramindui partifacenti d’una glubalità mistificata duve signunu si cunfonde cù i so lochi. Dinanzu à i studiosi, anu avventatu in li so fatti di tradizione è d’arcaisimu, l’idea di a cuntinuità d’essezza trà Omu è Terra.

 

À sbulicà cusì in lu vechjacume, a teoria di a dicrescenza ci hà trovu stampa di nuvità. Hà sviluppatu un mudellu teorizatu di salvamentu fundiatu nant’à u rispettu ambientale. Ma per paura di fà u passu più largu chè a infurcatura, l’analisi si ferma troppu spessu limitata à elementi di raziunalità ordinaria.

 

À stu modu, ci serebbe guasi cum’è una predazione culturale - in qualchì manera analogica à quella ambiantale - duve s’anderebbe à pensà chì l’osservazione di i cumpurtamenti primi abbasterebbe per passà da u cunsumerisimu sfrenatu à u passu misuratu di u risparmiadore. Quì ùn si tratta di trasfurmazione, nè menu di cambiamentu di a nostra percezzione di u mondu.

 

Ùn mancanu l’occasione chì a mudernità rinnuvellata si voglia definisce secondu dui riferimenti indivudualizati ma cungiunti. Hè l’idea d’una civilisazione antropocentrata cù u raportu rispettosu à l’alterità di a natura. A riferenza à e forme antiche di l’omu, ùn tene contu di i so mudelli di riprisentazione mentale. Propiu quelli chì supereghjanu l’idea materialista di a cungiunzione per trattà di cosunstanzialità. Ella stessa, à u stacciu di a metafisica arcaica, hè una ritrascrizzione spirituale di a materia glubbalizata è cuncepita cum’è cosa unica.

 

Sempre à u spechju di a nostra essezza riacquistata da veru, dumandemuci sì no ùn simu d’una cultura prima chì a ci indetta. A lingua corsa ùn parla di « robba » è di « robba viva (2) » ... è cusì d’una cuncepitura unica trà mossu è fermu !

 


(1) Sò nant'à mè : altra manera di dì sò nant'à u mo locu, quellu induve sò patrone.

(2) robba viva : di modu generale sò l'animali.

 

 

Ghjuancarlu Adami – u 29 d'aprile di u 2013.

 

 

 

 


Scambiu frà a cunfraterna è i Pigmei di Bipindi-Camerun,

di ferraghju di u 2011.

 
 


Editorial / Ragiunendu - 13/03/2013

Ma quandu cascherà Pasqua ?

Intesi ghjorni fà à qualchissia butulendu chì Pasqua quist’annu cascava primaticciu : « Era ch’elli l’avessinu messu più dopu ! » … Soca qualchì scomudu li dava a nerbosa.


Di fatti, Pasqua hè una di e feste mobile di l’annu liturgicu catolicu. Hè ghjusta à dì ch’ellu vene à quandu prestu, à quandu tricaticciu.


U calculu purtantu ùn dà tante cumplicazioni. Basta à ritene chì u Signore rinvivisce fatta ch’ella hè a luna di veranu. A modu stabilitu, Pasqua casca dunque a dumenica dopu à a luna vechja di l’echinossu di marzu.


Tocca quantunque à « sapè cuntà a luna » per capisce quand’ella serà vechja o nova. I nostri babboni depositarii di cusì bella cultura paisana a ci anu amparata dicenduci d’aghjustà a patta, a calenda è u ghjornu. A noi di tramandà quella usanza antica chjamata da sempre « U Contu di Salamone » :


A patta hè a diferenza trà i ghjorni di l’annata à contu di sole è quelli à contu di luna. In fatti hè l’età di a luna à u primu ghjennaghju. Tempu trova a sciffra chì currisponde, si caccia un puntu per esse ghjustu.

U primu di ghjennaghju di u 2013 a luna avia 18 ghjorni (nant’à un tutale di circa 29 ½ pussibili). 18-1 valenu 17.

 

A patta di u 2013 face in 17.
A patta vale un annu lunare, vale à dì da u primu di marzu à a fine di u mese di ferraghju venendu dopu. Si cunfonde in una seguita di 19 numeri. Signunu currispundendu à un annu precisu :


29-10-21-2-13-24-5-16-27-8-19-0-11-22-3-14-25-6-17.

 

Per passà da una patta à quella di l’annu dopu s’aghjusta sempre 11. Aghjunghjendu 11, si u numeru tocca o trapassa i 30, si caccia 30.


Esempiu : Patta annu A=29  29+11=40 ; 40-30= Patta annu B =10.

 

Attenti : Toccu a patta  in 17 (quella di u 19esimu annu), tandu s’aghjusta 12. Cusì, 2014 ferà a so patta in 17+12=29. Quist’annu chì vene si riprincipia dunque u ciculu chjamatu « ciculu di Metone ». Da u nome di quellu chì u pensò.


A calenda hè u numeru chì currisponde à u mese. Cumu dettu dinanzu, marzu hè 1, aprile 2, maghju 3, ghjugnu 4 ... ferraghju 12.


Avemu tuttu per fà u nostru « contu di Salamone ». Pigliu l’esempiu di u 27 di marzu di quist’annu (una simana si pò dì dopu à l’echinossu di veranu) :


Patta=17 ; Calenda=1 ; Ghjornu : 27.
17+1+27= 45 ; 45-30=15

A luna compie u so ciculu in circa 29 ghjorni ½. Hè « nova » da sinu à u 14esimu ghjornu ¾. Dopu hè « vechja ».

In francese :
« nova » currisponde à « nouvelle lune + phase croissante »
« vechja » à « pleine lune + phase décroissante »


U 27 di marzu di u 2013, a luna di 15 ghjorni s’hè fatta vechja da pocu.
A dumenica dopu seremu in PASQUA.

 

 

 

Cunfraterna di a Serra – 13 janvier 2013.


Editorial / Ragiunendu - 20/01/2013

Lettre au Très Saint Père, Benoît XVI.

 
 
 
Très Saint Père,
 
Aussi surprenante que puisse vous paraître notre intervention, nous vous conjurons de prêter attention à cette humble supplique. Vous n’y trouverez aucune autre intention que celle de vous manifester notre totale dévotion filiale alors que notre pays, la Corse, vit depuis trop longtemps déjà sous le joug d’une pression criminogène qui se veut la plus forte d’Europe.
 
Cinq cent treize hommes ou femmes ont été depuis vingt ans la cible des tueurs. Dix-huit personnes ont été abattues, parfois devant leurs propres enfants, durant l’année en cours. Ceci pour une population totale atteignant péniblement trois cent mille âmes.
 
Toutes les actions de l’État n’ont pu à ce jour enrayer ce mécanisme mortifère qui semble trouver sa source dans diverses formes d’enrichissement liées à des milieux mafieux, tel que l’indique le premier ministre lui-même lors d’une de ses dernières interviews. La Corse, cette île jadis incorporée au patrimoine de Saint Pierre, a perdu ses repères fondamentaux. La disparition brutale des formes de sociabilités villageoises s’est opérée au profit d’une réalité périurbaine fortement marquée par l’individualisme. Les élans de la spéculation immobilière des milieux affairistes y ont activement contribué sans jamais mettre en avant une quelconque stratégie du « mieux vivre ensemble ». Là n’était pas l’objectif et la désocialisation orchestrée conduit, chez les plus jeunes notamment, à des degrés de déshumanisation impensables il y a quelques années à peine. Le Président élu de l’assemblée de Corse, se faisait l’écho de cette tragédie en évoquant sur les ondes de la télévision régionale : 
 
« Ces jeunes gens qui, pour quelques milliers d’euros, se transforment en assassins après s’être drogués pour s’en donner le courage ».
 
Affectés dans leurs vies ordinaires par des drames incommensurables, les Corses sont évidemment les premières victimes de ces atrocités. Dans le microcosme insulaire, nul n’est épargné par la douleur de voir s’effondrer sous les balles, un parent, un ami, une connaissance. Et nul n’est à l’abri de suspecter parmi ses proches une âme meurtrière puis d’en souffrir à s’en rendre malade. Le désarroi se mesure aujourd’hui dans une forme de mal-être collectif que sous-tendent les sentiments néfastes du fatalisme et de la désillusion. Le désespoir est de mise dans un contexte général désormais aggravé par les symptômes de la crise budgétaire et économique qui affectent les plus faibles. Il trouve en Corse son degré ultime dans l’un des plus fort taux de suicides de France. Une bien triste anecdote est celle d’une mère de quatre-vingt ans qui nous était connue et qui a préféré s’ôter la vie plutôt que de continuer à craindre pour celle de son fils menacé.
 
Le malaise revêt indiscutablement une dimension morale et il aurait été de bon augure que l’Église locale puisse réconforter les cœurs et les âmes en de si tristes et affligeantes circonstances. Mai ses seules prises de parole récentes ont concerné le projet gouvernemental controversé du « mariage homosexuel ». Si à juste titre, le sujet devait être abordé et traité, l’impérieuse nécessité commandait pourtant que l’on se saisisse prioritairement d’une actualité locale si lourde.
 
Alors même que le Président de la République, dès lors qu’il fut informé du dernier assassinat, mandait en Corse ses ministres de l’Intérieur et de la Justice parvenus jusqu’à nous dans l’urgence, l’Église quant à elle s’obstinait à demeurer figée dans une posture incompréhensiblement silencieuse. Notre seul recours est aujourd’hui de nous en remettre à la volonté de Dieu et de nous en référer au vif et courageux discours du Bienheureux Jean-Paul II contre la Mafia, prononcé spontanément à l’issue d’une messe célébrée à Agrigente (Sicile) le 9 mai 1993. En voici un passage significatif qui résonne en nous comme la description et la condamnation d’une réalité également subie en Corse :
 
« (…) Concorde, que ce nom soit emblématique, qu’il soit prophétique, qu’il y ait concorde sur votre terre, concorde … sans plus de morts, sans plus d’assassinés (applaudissements), sans plus de peur, sans plus de menaces, sans plus de victimes, qu’il y ait concorde, cette concorde, cette paix à laquelle aspire chaque peuple et chaque famille. Après tant de souffrances vous avez enfin le droit de vivre dans la Paix ! (applaudissements) Et ceux qui sont coupables de déranger cette Paix, ceux-là portent sur leurs consciences tant de victimes humaines, doivent comprendre, ils doivent comprendre qu’il n’est pas permis de tuer des innocents. Dieu a dit un jour « tu ne tueras point ». Nul homme ne peut, aucune organisation humaine, mafia, ne peut changer et piétiner ce droit sacré de Dieu.
 
Ce peuple, le peuple sicilien tellement attaché à la vie, peuple qui aime la vie, ne peut pas vivre toujours sous la pression d’une civilisation défavorable, civilisation de la mort. Il faut ici une civilisation de la VIE ! Au nom du Christ crucifié et ressuscité, de ce Christ qui est Vie, Chemin, Vérité et Vie, je le dis aux responsables : Convertissez-vous ! Un jour viendra le jugement de Dieu ! »
 
 
Par-delà les peuples et les frontières, au plus profond de nous-mêmes, ces mots ont trouvé l’écho qu’ils attendaient certainement. Ainsi, l’élan insufflé a permis l’an dernier déjà, à des confréries de laïcs d’instaurer chaque vendredi de Carême, un temps de parole et de prière ouvert à tous. L’ensemble des participants, atteints à des degrés divers par la tragédie de la Corse, appelle aujourd’hui de leurs vœux le renouvellement de cette expérience modeste mais réussie d’échanges et de réconciliation. Conscients qu’il n’y a pas de petites choses et que toutes les initiatives contribuent, à leur échelle respective, à l’œuvre salutaire d’apaisement, les confrères, initiateurs de ce projet, souhaitent pouvoir le pérenniser. Toutefois, ils comprennent que la démarche doit revêtir un caractère ecclésial et c’est là tout le sens de leur supplique. Leur objectif est double. Convaincre d’abord l’Église dans toutes ses composantes de la nécessité d’agir et donner ensuite, par ce fait, à la société corse toute entière, une chance inespérée d’œuvrer à la « civilisation de la Vie ». Ils en appellent ainsi à votre très haute bienveillance et souhaite pouvoir bénéficier de votre bénédiction pour l’œuvre de Paix qu’ils entendent poursuivre.
 
Un groupe de travail, qui est aujourd’hui à l’œuvre en vue du prochain temps de Carême, se mettra naturellement en contact avec le nouvel évêque de Corse. Il lui sera proposé de se tourner vers vous pour que notre démarche, d’abord diocésaine, puisse ensuite trouver un prolongement favorable dans l’Église Universelle. Nous appelons de nos vœux une forme « d’état d’urgence ecclésiale » qui doit nous permettre de répondre aussi efficacement que possible à la dramatique situation corse. Il est à notre sens nécessaire de rajouter à nos faibles forces, un appui décisif que vous pourriez notamment apporter au travers d’une implication du Saint Siège.
 
Nous gardons, à ce sujet, l’heureux souvenir d’une séance de travail à Rome sous l’égide de Monseigneur Rylko, alors président de la Commission Pontificale pour les Laïcs. Assistés par notre évêque de l’époque, Monseigneur Jean-Luc Brunin, nous avons pu y présenter la réalité confraternelle corse en faisant état de son originalité, de ses forces et de ses faiblesses. Étaient également présents des membres de l’Arciconfraternita del Santissimo Crocefisso (Rome) à laquelle notre structure est agrégée. 
 
Peut-être pourrions-nous retisser les fils interrompus de cet échange et mettre en synergie toutes nos compétences pour sauver des vies en Corse ? Certains d’être soumis à votre regard bienveillant, nous nous en remettrons à la justesse de ce que vous pourriez nous indiquer.
 
Dans l’attente, nous vous prions de croire, Très Saint Père, en notre parfaite dévotion filiale.
 
 
 
Cunfraterna di a Serra – 20 janvier 2013.

Editorial / Ragiunendu - 10/01/2012

METTE A PACE

 

Culture de la non-violence ou culture de la paix ?

Le principe de la non-violence est acquis pour l’espoir qu’il peut susciter en Corse et ailleurs, il n’en reste pas moins que la véritable question est posée « en creux » car ce qui importe c’est en fait la Paix.
Or, le choix lexical de « non-violence » ne rend pas les choses suffisamment explicites au premier abord. Pire encore, il renvoie à un non-comportement-violent logiquement construit en réaction à son contraire. Le choix des mots est important. Il est le miroir de nos dimensions intérieures et établit une réalité psychologique dont on ne peut parfois se défaire.
Pour les confrères de la Serra, il convient de préciser que la Paix n’est pas un acte construit en réaction. C’est la manifestation tranquille, constante et durable du fait d’Amour (au sens de Carità = tene caru). Pour qui fait corps mystique avec le Christ, le cheminement vers la sainteté est éclairé à la lueur du message évangélique. L’homme nouveau qui revêt l’abitu prend ainsi l’engagement de rajouter du bien au bien sans évoquer le mal dont il est pourtant conscient de l’existence. Ce n’est pas un acte délibéré d’ignorance, ni même une ignorance feinte, mais une tension (au sens de tendre) inaltérable vers le Bien parce qu’intrinsèquement confiante en Dieu. Ainsi la paix n’est pas stricto sensu le contraire de la violence. Elle est la manifestation de l’Amour de Dieu pour l’Humanité et Dieu ne s’est jamais construit en fonction du démon.
La langue corse, dernier vestige d’une civilisation villageoise élaborée, pose en principe l’acte de Paix. N’a-t-on jamais entendu dire : « Induve vo passate ci vole à mette a Pace » ? Pour notre part, nous n’avons jamais perçu autre chose et le terme viulenza (donc celui de no-viulenza) était inusité. I zitelli ùn so mai stati viulenti. Anu minatu o si sò minati …, une femme n’a jamais été violentée, hè stata ingannata, offesa, etc … On ne peut pas croire à une indigence dans le lexique ou la sémantique mais au reflet parlé d’une forme de spiritualité particulière qui se refuse au subalterne pour se consacrer uniquement à l’essentiel.
 

 

« Mette a Pace » : la subversivité salvatrice 

Le verbe « mette » dans « mette a Pace » doit d’abord s’entendre au sens de poser un acte de civilité chrétienne. On est donc dans le cadre de l’implication du chrétien dans ce qui relève de l’organisation sociétale. Cette implication est d’abord manifestée par la confrérie elle-même. S’il s’agit d’un groupe organisé au sein de l’Ecclesia, c’est aussi une forme de sociabilité conditionnée depuis toujours par le souci d’égalité en dignité de tous les hommes.
L’organisation structurelle de cet espace de vie est centrée sur la personne du Christ physiquement présente au tabernacle. Cette centralité du Christ est d’autant plus libératrice qu’elle appelle un fonctionnement démocratique dont ce sont certainement inspiré les Corses des Lumières. Dans l’espace villageois, cette implication des confréries est marquée par la présence de nos oratoires (e casazze). Du fait de l’acculturation générale, bons nombres de Corses pensent aujourd’hui qu’il s’agit de la « deuxième église du village ».
Tout au long des siècles (particulièrement dans les zones rurales) l’action des confréries a consolidé sinon créé les conditions du lien social. Il n’est pas inutile ici d’évoquer le terme « paisanu » aujourd’hui incompris dans ce qu’il exprime réellement. Les dictionnaires nous en donnent une traduction simple qui est « villageois » au sens de celui qui habite le village. Or nous savons qu’il exprime en réalité une sorte de parenté sociale qui renvoie au sentiment d’appartenance à une même communauté. C’est ce sentiment du commun qui met la vie en partage.
 
Mais la Corse actuelle, est brutalement passée d’une société archaïque (au sens anthropologique du terme : qui unit l’homme à la terre) à une organisation de type moderne où l’habitat dispersé (lotissement …) rend compte de la façon dont se construit désormais le rapport aux autres. Dans cette logique, tout groupe constitué porteur du sens du commun est intrinsèquement subversif.
Pour ne pas nous conformer au siècle, c’est précisément de cette subversivité dont nous devons nous réclamer. La promotion du sens du commun induit inévitablement que l’on se penche sur la question du lien social. Par ricochet elle nous donnera des « prochains », littéralement des personnes qui nous seront proches et avec lesquelles nous aurons la vie en partage. La distance que l’on met entre nous est notre principale ennemie. Elle ne permet pas l’écoute, elle ne permet pas d’aimer.
 
 

La vérité que l’on se doit

« La même charité qui unissait les Frères entre eux et avec Dieu, les poussait vers la cité des hommes, souvent déchirée – à cette époque là – par des luttes fratricides. Les Servites de Marie devenaient ainsi des artisans de paix et les serviteurs des malheureux. »
Les Saints du calendrier romain. Enzo Lodi.
 
Ce passage du calendrier des Saints, concernant nos modèles Servites, est très explicite. C’est la même charité – c'est-à-dire le même Amour – qui pousse à agir partout et à tout instant. Avant de se retirer sur le Monte Senario et devenir les premiers membres de l’Ordre, les sept saints fondateurs étaient confrères à Florence. C’est cet engagement premier qui a conditionné leur radicalité et les a conduit – malgré leur retrait du Monde – jusqu’à œuvrer dans « la cité des hommes ».
Les Saintes Ecritures nous invitent à ne pas nous conformer au monde mais à nous renouveler par l’esprit. 
 
« Ne vous modelez pas sur ce monde ; mais transformez-vous dans un renouveau spirituel … »
Saint Paul.
 
Ainsi et comme pour les Servites, la force de notre action sur le siècle ne passera que par notre propre transformation. Si notre ambition est d’œuvrer pour la Paix nous devons d’abord nous assurer de ce qui nous unit « entre (nous) et avec Dieu ». C’est un travail préalable d’introspection et de vérité que l’on se doit.
 
 

La Paix vecteur du salut 

Certains de ce que nous sommes, c’est avec efficacité que nous pourrons alors agir au profit de la Paix.
Mais jetons un coup d’œil sémantique pour comprendre toute la dimension du terme lui-même. Bien sûr, la paix s’entend d’abord par ce qui n’est pas belliqueux mais il serait bien dommageable pour le confrère de ne retenir que cet aspect limité des choses.
La seconde acception qui est la plus usitée – notamment en ce début d’année – est aussi très paradoxalement la moins bien connue. Il y a un effort de conscientisation qui nous est nécessaire pour comprendre que Pace dans « Pace è Salute » est l’expression des conditions préalablement nécessaires au Salut. La paix est incluse dans une stratégie spirituelle dans l’objectif de la santé de l’âme et non pas du corps comme communément compris aujourd’hui, « Salute » devant donc se traduire par « salut » et non pas par « santé ». Ceci est rendu plus évident lorsqu’à la lecture de certains manuscrits anciens on trouve en en-tête « Anno della Salute 17.. ».
Aussi la paix n’est pas que la paix des armes, c’est aussi la paix intérieure qui se construit à la lumière du Christ et à laquelle chacun des croyants aspire. Sans le savoir, nous nous la souhaitons les uns les autres depuis déjà quelques jours. Ce « glissement sémantique » est pour nous le signe évident de la perte de nos repères chrétiens. C’est l’expression même de toute notre méconnaissance. Avant toute action et pour reprendre ce qui est évoqué plus haut, il conviendrait donc de se recentrer sur le Christ pour se recentrer sur nous. La Paix dont nous devons d’abord nous entretenir c’est la Paix mystique qui trouve sa racine en Dieu. 
 
 

Le socle spirituel

C’est ce socle spirituel qui induit la réalité confraternelle. Il faut poursuivre notre action en réinvestissant toujours plus les lieux, les temps et les gestes qui lui sont naturellement consacrés.
Reconsidérer notre liturgie propre, la faire vivre ostensiblement dans nos villes et nos villages comme la manifestation de notre foi.
Reconquérir les réflexes comportementaux qui faisaient autrefois du confrère le « Paceru paisanu »; ainsi permettre à chacun de mettre à profit sa paix intérieure, sa foi, pour le salut du plus grand nombre en agissant dans le cadre des rapports sociaux.
 
 
Cunfraterna di a Serra – 10 janvier 2012.

 

L'actualité de la démarche « pour la Paix »

 

 

 

 


 

 


Editorial / Ragiunendu - 03/02/2011

Un nouveau souffle de fraternité

Il y a quinze ans la pieve di a Serra a vu éclore une confrérie. Réédition de l’ancienne réalité emportée par le bouleversement de la société corse ? Bien mieux, riche de l’inspiration de ce passé, c’est une réalité neuve qui a surgi. Des deux côtés de la vallée de la Bravona, plusieurs villages ont rassemblé leurs énergies, mis en commun leur volonté d’assurer un avenir, se sont épaulés les uns les autres pour trouver le courage d’entreprendre. On ne peut faire œuvre utile qu’à plusieurs. C’est l’urgence de notre époque.

 

Maintenir des traditions là où il en reste ? Certes. Mais les traditions, si elles se limitent à des habits et à des rites, risquent de tourner à vide. C’est un souffle qu’il faut retrouver. Proche de celui qui a fait naître ces groupes fraternels autrefois, et pourtant neuf pour susciter aujourd’hui une vie de rencontre et de partage là où risque de s’installer le mortel repli individualiste : tel est le souffle qui voudrait animer la confrérie du « Santissimu Crucifissu di a pieve di a Serra ».

 

Qu’est-ce qui menace notre île ? Le sous développement bien sûr, la violence qui dort et tantôt se réveille tel un volcan, mais plus profondément encore le délitement de la vie sociale. Le quant à soi est un fléau sournois. Se parler, parfois s’affronter dans les désaccords, chercher sans cesse les voies de la réconciliation, et surtout chercher ensemble à construire : c’est à quoi nous engage l’Evangile du Christ. Les célébrations sont des moments irremplaçables, mais seulement si elles alimentent et ravivent d’étape en étape la vie fraternelle. Là est l’essentiel du christianisme qui n’est célébré que pour être vécu.

 

Avec 2011 une nouvelle année s’offre comme un champ d’invention. Paul Ricœur, philosophe chrétien, nous a prévenus : « une tradition ne sert que si elle se recrée sans cesse. ». La fidélité n’est pas répétitive. Le monde change. Notre inspiration ne change pas. C’est à nous de lui faire porter des fruits nouveaux, ceux que la Corse attend au milieu de ses interrogations, dans sa quête d’un avenir de justice et de paix.

 

Curagiu, per fà strada tutti inseme.

 

Gaston Piétri